Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les grandes découvertes de la Renaissance

Par   •  14 Mars 2018  •  1 666 Mots (7 Pages)  •  76 Vues

Page 1 sur 7

...

Ex : S'il faut lire les grands auteurs grecs et latins, les enfants doivent surtout développer leur esprit critique et apprendre à penser par eux-mêmes, selon Montaigne.

Une réflexion centrée sur l'homme :

L'humanisme rompt avec la perception pessimiste de l'homme et du monde du Moyen Âge et se caractérise par une vision optimiste et positive.

Ex : La naissance du genre de l'utopie, préparé par Boccace, inventé par Thomas More puis repris par Rabelais dans l'abbaye de Thélème, révèle la confiance humaniste en l'être humain. Certes l'utopie n'est pas réelle ni réalisable, mais elle est un horizon politique vers lequel l'homme doit tendre.

- L'homme est au cœur de la vision du monde humaniste. A la différence du Moyen Âge, pour lequel les hommes étaient avant tout déchus (qui a perdu sa dignité, qui est tombé à un état inférieur) par le péché originel, l'humanisme valorise leur dignité d'êtres crées par Dieu à son image, et parmi lequel Jésus a choisi de s'incarner.

- La vision humaniste de l'homme est positive. Être intelligent, libre, il est capable de progrès. La beauté du corps humain, exaltée par la sculpture antique, inspire également la pensée et l'art humanistes.

L’humanisme accompagne la naissance de la notion d'individu. Alors qu'au Moyen Âge les liens sociaux (féodaux, corporatifs et religieux) encadraient l'individu, la société renaissante se transforme rapidement et permet l'affirmation de l'individu. Ce sont tout d'abord quelques grandes figures qui se hissent à la hauteur des princes dont les Médicis. Cet essor de l'individu se traduit par la naissance du portrait réaliste, chargé de perpétuer la renommée après la mort. L'artiste lui-même devient un personnage hors du commun, susceptible de se représenter dans des autoportraits.

La « République des Lettres » européenne :

- Les idées humanistes se répandent grâce à l'imprimerie, à la diffusion du latin qui permet des correspondances entres des philosophes de tous les payes européens et aux voyages d'étude. Une communauté humaniste se crée, dépassant les frontières politiques, et favorise l’émergence d'une conscience européenne qu'on appelle alors la « République des Lettres ».

Ex : C'est un voyage humaniste qu'espère faire Du Bellay en allant à Rome.

- Grâce à l'éducation, les idées humanistes se diffusent également parmi les courtisans. Les cours princières européennes deviennent des lieux de savoir et de pouvoir. L'image idéale du prince défini par Balthazar Castiglione est désormais celle du mécène qui accueille humanistes et artistes et jouit du rayonnement qu'il apportent à sa cour. De cette relation nouvelle entre art et pouvoir naît une littérature de réflexion politique qui se développe tout au long de la Renaissance.

Combats et crises de l'humanisme :

L'émergence des langues nationales aux dépens du latin :

L'imprimerie, avec la multiplication des traductions des textes antiques et de la Bible, contribue à fixer les langues nationales, dont les littératures se développent, aux dépens du latin. Avec de l'éclosion des littératures nationales disparaît l'idéal de la « République des Lettres ».

Ex : Même s'il met progressivement fin à la « République des Lettres », l'essor des langues nationales est revendiqué par des humanistes comme Du Bellay et les poètes de la Pléiade.

La contestation de l'autorité de l’Église :

En revendiquant pour l'homme la liberté et la faculté d'exercer son esprit critique, l'humanisme ouvre la voie à la contestation de l’Église et de son autorité. Au nom de leurs idéaux moraux, religieux et politiques, les humanistes critiquent l'ambition des papes, la vie de cour des prélats (syn:évêque), ou l'ignorance des curés. L'application au texte sacré de la Bible des mêmes méthodes philologiques et critiques qu'autre textes profanes (laïques) antiques débouche sur une contestation du christianisme traditionnel. La lecture de la Bible, qui autrefois n'était pas accessible, devient centrale dans la vie spirituelle des chrétiens. En cela, la pensée humaniste rend possible et prépare la Réforme.

Ex : Érasme défend ainsi la traduction du Nouveau Testament afin de promouvoir le christianisme.

Guerre de religion et remise en cause de l'humanisme :

En 1517, le moine allemand Luther dénonce des pratiques de l'Eglise qui lui semblent trop éloignées du christianisme primitif. Malgré sa condamnation par le pape, il propose une nouvelle doctrine qui connaît un grand retentissement grâce à l'imprimerie et se diffuse largement en Allemagne, en Suisse et dans les pays scandinaves. En 1530, Calvin se rallie aux idées de Luther. En France, les guerres de religion s'étendent de 1562 à 1598. Elles débutent par le massacre de Wassy. Le massacre de la Saint-Barthélemy, qui fait près de 3000 morts à Paris dans la nuit du 23 au 24 août 1572, est le plus célèbre d'une série de massacres de protestants, appelés huguenots. L'Edit de Nantes en 1598 met fin à ces guerres.

Face à ce dévoiement des idées humanistes, l'optimisme initial s'estompe et laisse la place à une visin de l'homme plus pessimiste, marquée par le doute et l'idée que la vie n'est qu'illusion et l'homme inconstance. A l'aube du XVII° siècle, l'humanisme cède ainsi peu à peu la place au baroque.

Ex : Face aux guerres civiles qui déchirent la France, les humanistes Pierre de Ronsard et Agrippa d'Aubigné s'engagent, le premier du côté catholique, et le second du côté huguenot.

...

Télécharger :   txt (11.3 Kb)   pdf (54.8 Kb)   docx (16.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club