Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le terme grammaire a quatre acceptions

Par   •  25 Janvier 2019  •  Commentaire de texte  •  2 154 Mots (9 Pages)  •  55 Vues

Page 1 sur 9

Le terme grammaire a quatre acceptions

==========

EMPLOI DU MOT «GRAMMAIRE»

Le terme grammaire a quatre acceptions

1.Ensemble des règles à suivre – la partie du système linguistique pour parler et écrire correctement une langue .

2.Etude et description systématique des structures, des formes, des fonctions syntaxiques, morphologiques et phonétiques d’une langue .

C’est-à-dire, la science étudiant le système grammatical d’une langue.

(Grammaire descriptive ou synchronique, historique ou diachronique, normative, dogmatique ou « bon usage »).

3.Ouvrage de grammaire (livre, traité, manuel), grammaire scolaire.

4.Ensemble des règles d’un art d’une technique: grammaire de la musique, de la peinture.

Grammaire comme science

1.Grammaire théorique décrit les phénomènes grammaticaux.

2.Grammaire pratique prescrit les règles à suivre, selon lesquelles les mots varient et selon lesquelles ils s'organisent dans la phrase et le paragraphe pour former un texte compréhensible et précis. Le vocabulaire et la grammaire se combinent pour produire du sens.

Cе cours, celui de grammaire théorique, a pour objet l’étude théorique des faits constituant la langue française sur le plan synchronique.

Les linguistiques internes ou externes peuvent être synchroniques ou diachroniques. Car les langues évaluent dans le temps, le linguiste pourra concentrer son étude :

- soit sur l’évolution des langues Diachronie

- soit sur la diapositive d’une langue à un moment donné de son évolution, souvent l’état présent. Synchronie

Au XIXe siècle

dominance de la linguistique historique (linguistique diachronique=linguistique évolutive)

suite aux travaux de Darwin et de Marx sur l’étude du développement humain, on prend conscience de l’évolution des langues

Au XXe siècle

dominance de la linguistique synchronique (linguistique statique=linguistique d’un état de langue)

grâce principalement aux travaux dans le domaine de la biologie moléculaire et de la sociologie (étude des sociétés au présent)

Les notions de base (principales, essentielles).

1.Forme grammaticale

2.Valeur grammaticale

3.Catégorie grammaticale.

4. Fonction grammaticale.

1.Forme grammaticale c’est une forme linguistique qui a une valeur grammaticale. Il existe des formes simples, composées et surcomposées, contracteés, analytiques.

P.ex. Mon ami lisait son journal quand je suis venu.

-lisait-la marque -ait

-suis venu – deux marques : le verbe auxiliaire et le participe passé.

Ce sont des formes avec des marques physiquement présentes.

Cela veut dire que ce sont des formes marquées. Mais dans la langue française les formes peuvent être marquées et non-marquées.

La forme marquée a une marque formelle, qui est opposée à une forme non-marquée.

P.ex. Mon ami lit. Il n’y a pas de marque – c’est-à-dire, marque physiquement absente ou « zéro ».

2.Valeur grammaticale - une valeur obligatoire, c’est-à-dire, celle qui doit

être exprimée dans le discours, même si le sens de la phrase ne l’exige pas.

P.ex. intérеssant hier acheter moi livre

C’est un groupement de mots, on comprend bien la signification de ce qu’on voulait dire.

Qu’est-ce qu’il faut faire pour avoir une vraie phrase? Qu’est-ce qui manque ? Ce sont des valeurs grammaticales qui manquent.

Pour « livre » - les déterminants pour marquer les valeurs grammaticales nécessaires : nombre, genre, détermination ou bien indétermination. Le verbe « acheter » - la valeur du temps. Pourquoi ? On est en présence de « hier ».

3. Catégorie grammaticale c’est une opposition de deux valeurs grammaticales qui s’exprime par deux séries de formes y compris la marque zéro.

Jakobson Roman (1896) – linguiste russe et américain. Il a emmigré en 1921. Il est un des fondateurs des cercles linguistiques à Moscou, à Prague, à New-York. Il dit : « S’il n’y a pas d’opposition, il n’y a pas de catégorie grammaticales».

C’est à dire, il faut avoir au moins deux formes. P.ex. : catégorie du nombre : la table – les tables (singulier / pluriel) ; marques : « zéro » - « -s ». C’est une catégorie simple. Une catégorie simple est basée sur une opposition binaire (singulier / pluriel, masculin/féminin).

S’il y a deux ou trois oppositions – c’est une catégorie complexe. P.ex. : catégorie du temps, de la personne. Chaque forme grammaticale du mot appartient au moins à une catégorie grammaticale Il n’y a pas de formes grammaticales hors des catégories grammaticales.

4. Les relations entre des catégories différentes définissent leurs fonctions. La fonction est une relation entre membres de classes différentes. Ainsi, la fonction sujet du verbe est la relation qui unit certaines catégories syntaxiques au verbe : le sujet du verbe peut être un groupe nominal «GN» (Les voisins dînent bruyamment ce soir), un pronom (Certains dînent bruyamment ce soir), une unité phrastique (Qui dort dîne ») etc. Des catégories syntaxiques différentes peuvent remplir une même fonction, certaines catégories syntaxiques peuvent remplir des fonctions différentes : le GN peut être sujet du verbe, mais il peut être également attribut du sujet (Clothilde est une grande fille), complément du verbe (Pourquoi tu as taillé le cours de

...

Télécharger :   txt (13.4 Kb)   pdf (67.7 Kb)   docx (17.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club