Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Qui est l'autre pour moi ?

Par   •  21 Novembre 2018  •  1 874 Mots (8 Pages)  •  273 Vues

Page 1 sur 8

...

- Est-il possible de se mettre à la place de l’autre?

D’une part non, on ne peut pas se mettre à la place de l’autre car chaque conscience appartient a son propre moi dans sa propre chair, Berger le dit très justement « les autres ne peuvent violer ma conscience, mais je ne puis leur ouvrir l’accès, même lorsque je le souhaite le plus vivement. ». On ne peut pas vivre ce que les autres ont déjà vécu, nous pouvons éprouver de la pitié, empathie, sympathie ou de la compassion mais sans pour autant se mettre à la place de l’autre. On parle alors de solipsisme, doctrine philosophique qui soutient que le sujet pensant n’a pas d’autre réalité que lui-même, puisqu’il ne peut pas lire dans l’aime d’autrui mais que par l’intermédiaire de signes extérieurs tels que les gestes, regardes, expressions… L’homme a naturellement tendance à être égoïste donc il pensera à son propre intérêt avant l’autre, sauf pour quelques cas tels qu’une mère qui mettre toujours son fils avant elle. Pour illustrer cette idée prenons l’exemple du Titanic, les gens sont devant une situation de vie ou de mort, ils iront jusqu’à s’entre tuer pour se sauver eux-mêmes, donc l’amour de soi est bien plus important que l’amour pour l’autre, Schopenhauer le justifie clairement en disant que « La plupart des hommes sont tellement personnels qu’au fond rien n’a d’intérêt à leurs yeux qu’eux-mêmes et exclusivement eux »

D’autre part on encourage que les hommes se mettent à la place des autres afin d’améliorer son sens moral, se mettre à la place de l’autre est une projection intellectuelle qui permet de développer les sentiments de pitié, sympathie et aussi la charité. Par exemple, quand quelqu’un laisse sa place dans le métro à une personne âgée, il se met à la place d’autrui en pensant à sa souffrance sans même le connaitre. Donc se mettre à la place de l’autre en pensée ne demande pas un intellect exceptionnel. Cependant le faire physiquement semble presque impossible, prenons pour exemple lors de la seconde guerre mondiale, le prêtre Maximilien Kolbe qui se met physiquement à la place d’un père de famille de cinq enfants lors d’une exécution de prisonniers dans le camp de concentration d’Auschwitz. Le prêtre offre sa vie en échange du père, autrement dit, il se sacrifie. Ce prêtre juge que du fait qu’il n’eut pas d’enfants, il ne voulait pas que les enfants deviennent orphelins.

Se mettre à la place de l’autre en pensée donc en pensant à sa souffrance, est dans la portée de tout le monde, mais qui demande de la bonne volonté qui ne se trouve malheureusement pas chez tous les individus.

- Que pensez-vous de cette remarque de Sartre « l’enfer c’est les autres » ?

Cette citation est extraite de la pièce de théâtre Huis Clos de Sartre, qui provient de l’idée de ses 3 amis dont Albert Camus qui lui demandent d’écrire une pièce facile à monter, pendant la guerre en fin 1943. Cette pièce de théâtre montre 3 personnages en enfer, deux femmes et un homme qui cherchent à comprendre ce qui a pu les conduire en enfer et leurs sentiments. Ils comprennent que chaque personnage est le bourreau des 2 autres, donc ils vivent ensemble pour l’éternité en se détestant. Cette citation incite à dire qu’autrui est le mal, or si nous prenons le temps de la comprendre nous remarquerons qu’elle est bien plus complexe que ça.

Autrui et la Honte sont deux thèmes qui conduisent la pensée de Sartre, Dans L’Être et le Néant, Sartre nous illustre sa vision de la honte car « je reconnais que je suis comme autrui me voit ». Il faut accepter de l’autre qu’il puisse nous voir tel que nous sommes. Nous apparaissons à autrui et nous existons grâce à autrui en quelque sorte, la conscience de soi passe par la conscience de l’autre. C’est pourquoi nous éprouvons de la honte lorsqu’il nous voit dans une situation où nul n’aurait dû nous voir, Sartre décrit la honte comme le sentiment originel de l’existence d’autrui.

Cette phrase de Sartre explique que si nous avons de mauvaises relations avec autrui, alors on ne peut être que dans l’enfer, car pour nous le plus important pour notre propre connaissance et notre conscience c’est les autres et plus précisément ce que autrui pense de moi. En tant qu’être humain nous nous jugeons comme ce que les autres nous juge, par exemple si quelqu’un nous juge physiquement de manière dévalorisante nous nous jugerons de la même manière, quoi que je pense de moi, c’est le jugement d’autrui qui l’emportera à la fin. Donc si je compte sur autrui pour être heureux ou libre je serais toujours en enfer, c’est le cas de la majorité des personnes aujourd’hui qui « sont en enfer » due au fait que nous dépendant beaucoup trop du jugement et de l’opinion de l’autre. Sartre marque donc l’importance d’autrui donc notre vie quotidienne et l’impact qu’il peut avoir sur nous.

...

Télécharger :   txt (11.2 Kb)   pdf (52.8 Kb)   docx (15 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club