Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Qu'est-ce qu’un homme civilisé ?

Par   •  24 Mars 2018  •  3 108 Mots (13 Pages)  •  370 Vues

Page 1 sur 13

...

(2ème paragraphe : on problématise) Autrement dit, quelles caractéristiques un hm doit-il posséder pr pouvoir être qualifié de ‘’civilisé’’ ? celles que l’on a du fait de l’appartenance à une culture particulière, qui serait plus évoluée que les autres ? il y aurait donc des ‘’civilisés’’ par opposition à des ‘’barbares ‘’ ou ‘’sauvages’’ ? Ou bien au contraire aucune culture ne peut prétendre être ‘’la’’ civilisation, de sorte que tout hm serait civilisé, dès lors qu’il appartient à une culture quelqu’elle soit ? être civilisé serait donc être non pas seulement naturel, comme les animaux, mais capable de culture ? Pourtant, n’est-on pas tout de même plus ou moins civilisé du point de vue de la moralité, quelque soit la culture à laquelle on appartient ?

DEVELOPPEMENT

En gras, les formulations indiquant que l’on ‘’tient’’ bien le sujet ; il faut répondre à l’exacte question posée, on ne récite pas son cours en pilotage automatique !!

1ère Partie : Un hm civilisé n’est pas celui qui appartient à une cult. plutôt qu’à une autre

1.1.Un constat : ts les hms décrètent non civilisés ceux qui st d’une autre cult. que la leur

Le terme culture désigne, ds un de ses sens, le mode de vie d’une société, ses mœurs, ses pratiques et croyances. Il y donc des cultures et non une seule. Chez les uns les femmes st voilées et non chez d’autres ; ici l’on est polythéiste et là monothéiste ; les arts, les langues, la cuisine … les cultures humaines st extraordinairement plurielles et diverses. Or les hms ne manquent pas de porter à ce propos des jugements de valeur : chacun tient sa culture pr ‘’la’’ civilisation, c.à.d. pr celle qui est, contrairement aux autres, véritablement avancée et accomplie ; et qui serait donc norme et modèle, les autres étant tenues pr plus ou moins inférieures. C’est là l’ethnocentrisme, dont Levi-Strauss souligne dans Race et histoire qu’il est tt à fait universel. En Occident on a forgé des termes comme ‘’barbare’’ (etymologiquement, celui dont la langue est ‘’bruitage’’ et non un parler signifiant ; celui dont les mœurs sont cruelles) ou ‘’sauvage’’ (celui qui est plus proche de l’animalité que de l’humanité) ; ailleurs, ceux d’un autre clan st tenus pr des ‘’singes de terre ‘’ ou des ‘’œufs de pou’’. On a au fond du mal à reconnaître, là ou la culture diffère bcp de la sienne, qu’il puisse s’agir d’hms au plein sens du terme ; on les tient donc pour non civilisés, et en tout cas moins que soi-même. Cela nourrit aussi bien le racisme et l’esclavagisme, que l’idée de la colonisation censée apporter ‘’la’’ civilisation aux peuples inférieurs, comme ds un célèbre discours de Jules Ferry. En tt cas, l’hm civilisé serait ici celui qui appartient dc à une culture particulière, supposée avoir une valeur universelle de civilisation ; les autres hms seraient par csqt des barbares ou des sauvages.

1.2.Mais il faut récuser l’idée qu’une cult. particulière soit ‘’la’’ civilisation

Mais évidemment, ceci comporte une contradiction : puisque tous les hms disqualifient ainsi les autres, un même hm pourrait dc à la fois être qualifié de civilisé (selon lui-même ou ceux de sa culture) et de barbare ou de sauvage (par ts les autres). Cette contradiction ne peut que disqualifier le jugement de valeur que l’on prétend porter. En fait il ft se rendre compte que pr qu’un jugement soit valable et puisse être tenu pr l’expression d’une vérité, il doit être objectif, impartial. Or cela n’est pas le cas pr les jugement de valeur que ns considérons ici. En effet, on ne juge les autres cultures qu’à partir des critères et normes de la sienne propre. Si on considère que le beau est proportion et harmonie (culture gréco-latine), les masques africains seront tenus pr laids. Mais en fin de compte, pourquoi les critères de sa propre cult. seraient-ils forcément plus valables que d’autres ? qui décrète cela, hormis nous-mêmes ? Pour qu’un tel jugement de valeur puisse prétendre à l’objectivité, il faudrait qu’il soit porté de l’extérieur ; un arbitre n’appartient à aucune des équipes qui jouent. Mais l’extériorité semble ici impossible : il faudrait n’appartenir à aucune culture, mais cela n’existe pas. Tout homme appartient nécessairement à une culture qui le façonne dès la naissance. Dès lors donc que de tels jugements de valeur ne satisfont pas au critère d’objectivité et de neutralité, on ne peut donc pas dire qu’un hm est civilisé s’il appartient à une cult. particulière, et barbare un hm d’une autre cult. que celle-ci. 33

Transition : (Conclusion : réponse au sujet, au vu de cette 1ère partie) Ainsi, un hm civilisé n’est pas celui qui appartiendrait à une cult. particulière, qque soit d’ailleurs la cult. considérée. Cô le dit Levi-Strauss, toujours dans Race et histoire, le barbare, c’est l’hm qui croit à la barbarie. (Objection) Mais que signifie alors l’expression ‘’civilisé’’, si on évacue la notion de barbare ou sauvage qui, par opposition, lui donnent son sens ?

2ème Partie : Tout hm est civilisé dès lors qu’il appartient à une cult. qqu’elle soit

2.1. Tout hm est un être de culture et non un être purement naturel

L’hm est certes un être naturel : il est un produit de la nature comme les animaux, les plantes ... il n’est pas un être artificiel, et il est une partie de la nature, ne serait-ce que par la réalité biologique de son corps. La nature ttefois ne produit l’hm qu’inachevé, à la différence de l’animal, et comme le montre le cas des enfants sauvages. Laissés à une pure naturalité, hors de tte socialisation, ceux-ci n’accèdent pas à une humanité accomplie ; pas même à la station debout ou au langage. Ils en sont réduits à un comportement animal. L’hm n’est dc pas un être purement naturel, car il ne ‘’pousse’’ pas humain tt seul, spontanément, sans intervention extérieure, cô le font justement les êtres purement naturels. On peut en déduire que la nature ne produit l’hm qu’avec des potentialités (au langage articulé par ex.), qui doivent passer à l’acte comme dirait Aristote dans les Physiques. Ce développement est justement le rôle de la cult. Ce concept a donc un autre sens que celui de ‘’mode de vie d’une société’’. Il désigne aussi tt ce qui est produit par l’hm, justement,

...

Télécharger :   txt (19.4 Kb)   pdf (61.7 Kb)   docx (18.8 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club