Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Etude de document sur la mémoire de la guerre d'Algérie

Par   •  14 Septembre 2017  •  1 137 Mots (5 Pages)  •  79 Vues

Page 1 sur 5

...

une mémoire nationale c’est avant tout une mémoire collective c’est pourquoi Jacques Chirac utilise la répétition de “tous” et “même” pour exprimer l’idée de rassembler. La mémoire collective est une mémoire partagée par un groupe, un peuple, une nation, un pays ou un regroupement de pays. constitue un modèle identitaire, la particularité, l’inscription dans l’histoire du groupe concerné.

Enfin,il faut s’intéresser à comment la France à va construire une mémoire national. D’abord elle a due lui donner un nom afin de la reconnaître officiellement en 1999.Après lui avoir donné un nom à cette guerre , il a fallu lui édifier un lieu de mémoire .Effectivement aucun lieu mémoriel officiel n’existait jusque là . La France de Chirac à édifier un lieu de mémoire au Quai Branly à Paris en 2002 .

En effet, un mémorial y a été édifier le 5 décembre 2002. Sur ce mémorial on y trouve le nom des soldats français morts pendant le conflit mais aussi les noms des harkis et les civiles mort pendant la fusillade de la rue d’Isly du 26 mars 1962. Toutes ces catégories sont associé dans l’hommage. De plus , il a fallu trouver une date de commémoration pour cette guerre. Le 5 décembre à été choisit comme date de commémoration. “Pourquoi le 5 décembre, qui ne correspond à aucun Evénement connu de la guerre d’Algérie ?” Si le 19 mars 1962 “date du cessez le feu au lendemain des accords d’Evian n’a pas été choisit comme date commémorative,comme l’aurait voulut la FNACA (fédération national des anciens combattants) où bien comme le pense déjà l’opinion publique avec les 20 000 rues d’Isly. C’est parce que :”La guerre ne s’est pas terminée à la date du cessez le feu. Il y a encore eu des milliers de morts après”. En effets, malgré le signé des accords d’Evian en 1962 il y a eu d’autre notamment le massacre des Harkis et des Pieds-noirs sur la rue d’Isly . Ainsi adopté le 19 mars comme date commémoration serait une négations des souffrances qu’on subit les Pieds-noirs et les Harkis après le 19 mars 1962. “Il nous fallait une date neutre “ montre bien qu’il était nécessaire pour l’état français de n’offenser personne . L’Etat français à donc choisit la date du 5 décembre pour rendre hommage aux morts de cette guerre.

Ainsi, la France a donc eu des difficultés à établir et construire une mémoire de la guerre d’Algérie d’une part à cause de l’ancienne politique d’occultation et des mémoires catégorielles et conflictuelles mais aussi parce qu’il a fallut construire cette mémoire à l’aide d’un mémorial et d’une date commémoratif.

...

Télécharger :   txt (7 Kb)   pdf (72.7 Kb)   docx (10.8 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club