Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Europe Sociale dans la mondialisation

Par   •  28 Octobre 2018  •  2 310 Mots (10 Pages)  •  64 Vues

Page 1 sur 10

...

- Confédération européenne des syndicats (CES) en 1973 → début d’une conscience sociale (en 97 fermeture par Renault de son usine Vilvoore déclenche mouvement de grève (eurogrève))

- Crise de l’Etat providence conduit à adapter au sens libéral le modèle social européen

Partie II : L’impact social de la mondialisation dans l’Union Européenne :

a) Une mondialisation social qui apporte des bénéfices économiques :

- Point de vue libérale de la mondialisation : évolutions = source de bénéfices + meilleure répartition du travail → permet grande productivité + baisse des prix → favorisée par développement de concurrence et de technologies

- Meilleures possibilités d’investissement + émergence de nouveaux marchés

- Workink paper « L’impact de la croissance sur la pauvreté et l’inégalité : l’importance des choix politiques » : mai 2008

- L’emploi : migrations ont un rôle positif dans contexte de l’Europe vieillissante (cas de Allemagne) → permet d’élargir les potentialités du marché du travail + de compenser le déficit de main d’œuvre

- Les impacts négatifs de la mondialisation sur État-providence et sur politique sociale : « race to the bottom » (=tire vers le bas) + dumping social + réglementation supranationale et organisations

- Effets potentiels de mondialisation : Réduction des normes sociales + normes du travail, Privatisation services publics, Création marchés globaux pour santé + la providence, Soutien renforcé sur la prévoyance volontaire et informelle

b) Cependant, cette mondialisation comporte des coûts qui restent élevés :

- Mondialisation a un coût pour l’UE → surtout en matière sociale

- Concurrence forte entre sociétés → favorise dumping social + compétition fiscale → systèmes de protection sociale tiré vers le bas

- En Europe : ¤ Elargissements de 2004-2007 créent inquiétudes → grandes différences de salaire + libéralisation du secteur des services (accroit tensions entre travailleurs des diff pays européens)

¤ Personnes les moins qualifiées sont les + fragilisées sur le marché de l’emploi et les + touchées par chômage

¤ Augmentation nombre de pauvres à cause augmentation des prix de nourriture + d’énergie → aggravée par phénomènes spéculatifs (entraîne sollicitation + grande des banques alimentaires)

- Bénéfices de la mondialisation inégalement répartis : rémunération du travail a diminué par rapport à celle du capital → développement d’une nouvelle catégorie de travailleurs : travailleurs pauvres (en 2000 lancement de campagne en faveur d’un travail décent)

- Disparités régionales : développées + tensions fortes apparaissent avec migrations (ex : Danemark : taux d’emploi des migrants = 2/3 de celui du reste de la population)

- Inégalités : accroissement global, avec différences importantes entre région

c) Ces bénéfices économiques sont différemment perçus au sein de l’Europe social inégalitaire :

- En général : mondialisation crée + d’opportunités que de menaces : le système génère des perdants à qui on donne des outils sociaux → ex : fonds d’ajustement à la mondialisation pour aider travailleurs qui perdent leur emploi à cause de modifications de la structure du commerce mondial

- Nécessité d’investir dans politiques d’éducation, de développer de nouvelles manières de travailler pour renforcer la cohésion sociale : ex : la flexicurité (= flexibilité + sécurité : système d’organisation du marché du travail→ flexibilité de la main d’œuvre et sécurité de l’emploi)

- Réhabiliter le rôle de l’État et des pouvoirs publics dans stratégie européenne et mondiale

- Besoin de décentraliser l’action : agir sur lieux d’exclusion (pour politiques locales) → pour cela il faut valoriser l’économie sociale pour pouvoir réintégrer les « exclus » dans le système économique

- Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) (outil pour développer des droits en entreprise) = insuffisant : risque d’une seule volonté = celle de l’employeur (mettant normes au minimum + pas dialogue social)

- Pour avoir bénéfices de la mondialisation il faut revaloriser action politique et le rôle de la puissance publique (=garante de l’intérêt général + de la cohésion sociale) en agissant au niveau local pour accélérer intégration et éviter phénomènes de dumping social et fiscal

- Différents États membres de l’Union européenne : pas tous la même position sociale

Partie III : Vers de meilleures politiques : comment se préparer à la mondialisation ?

a) La Finlande et son système social, ou comment envisager la mondialisation sans crainte :

- Un Exemple de modèle sociale

- Capable de se réformer pour garantir une protection sociale universelle (tout en s’adaptant aux effets de la mondialisation)

- Système a trois éléments : ¤ Responsabilité décentralisée en matière de services sociaux et de santé

¤ Coopération des pouvoirs publics avec ONG

¤ Organisation d’un système de retraite obligatoire (qui couvre l’ensemble de la pop avec forte collaboration entre secteurs public et privé)

- L’Emploi : ex : coopération avec partenaires sociaux permet d’augmenter le taux d’emploi des personnes âgées

- Coopération entre employeurs et travailleurs = bon fonctionnement des réformes + Coopération entre pouvoirs publiques et ONG (donc moins d’incompréhension) → Participation active plutôt qu’une confrontation passive

- Système se réforme en continu (s’adapte aux évolutions) pour rester efficace

- Gros investissements dans l’éducation et la recherche MAIS aussi dans la protection sociale et la santé → grâce

...

Télécharger :   txt (15.5 Kb)   pdf (62.3 Kb)   docx (578 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club