Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Méthode : La dissertation philosophique, ce que c’est et ce que l’on en attend (principes et exigences)

Par   •  13 Juin 2018  •  4 582 Mots (19 Pages)  •  118 Vues

Page 1 sur 19

...

- Enfin, il convient d’identifier les domaines d’interventions dans lesquels le sujet, la question du sujet peut prendre un sens cohérent, pertinent en même temps que problématique pour déterminer l'orientation que la reflexion devra prendre pour traiter avec pertinence un tel sujet. 1ère question : a quel type de réalité le sujet fait il référence ? 2ème question : dans quels domaines spécifiques de réfléxion ou d’action peut trouver à se poser la question du libellé ? Les domaines sont la morale, les sciences, la politique, La religion ..

- Position du problème et mise en place d’une problématique d’ensemble

- Tout d’abord, il convient d’identifier un problème principalement engagé par la question du sujet, c’est à dire de ressaisir la dimension proprement problématique, et donc philosophique de la question posée par le sujet pour se donner le moyen de traiter le sujet d’une manière véritablement approprier, c’est à dire à la fois problématique et argumentative. 1ère question : d’ou vient, pour quelle raison en vertu de quelle difficulté la question du libellé trouve-t-elle à se poser ? 2ème question : qu’est ce qui fait que cette question trouve à se poser à titre de véritable problème pour la réflexion ? -> 1ère question : qui, pour quelle raison et en vertu de quelle difficulté peut être amener à se poser une telle question ? 2ème question : à quel problème correspond donc alors principalement la question du sujet ? 3ème question : en quel terme précis, ce problème trouve-t-il donc à se poser et peut il être formulé ?

- Ensuite, dans un deuxième temps, il convient de rechercher, et d’établir les grandes implications, c’est à dire les enjeux philosophiques majeurs du problème engagé par le sujet afin de se rendre sensible à la portée philosophique du sujet -> qu’est ce qui peut donc appeler un tel sujet ? = Justifier que l’on se pose une telle question. Quelles conséquences le traitement du problème engagé par le sujet peuvent se présenter dans le domaine ou le sujet trouve à se poser ?

- Enfin, il convient de rechercher et d’identifier trois choses, les différentes approches possibles du sujet ( différents axes), les principaux axes de reflexion et d’argumentation permettant de traiter le sujet et les différents contenus de connaissances, c’est à dire aussi les diverses références qui peuvent être mobilisées dans le cadre et au service du traitement du sujet et ceci afin d’identifier et d’organiser les différents matériaux, éléments d’une reflexion d’ensemble permettant de traiter le sujet -> comment peut on aborder et examiner le problème engagé par le sujet pour pouvoir lui apporter progressivement et argumentativement des éléments de résolution significatif ? Quelles peuvent être les différents arguments possibles, les différentes thèses envisageables mais aussi les éventuelles objections qu’il convient de prendre en considération, dans le cadre et au service du traitement du sujet ? Quels auteurs et plus particulièrement quels philosophes dans quelles œuvres et selon quelle argumentation sont susceptibles d’être utilisés au service du traitement sujet ?

- Le travail d’éxecution (au propre) : construction du devoir et traitement du sujet

D’une manière tout à fait classique, la dissertation philosophique doit présenter trois moments principaux ayant chacun un statut et une fonction spécifique qui les rend tous 3 indispensables.

- L’introduction

- Nature et fonction

L’introduction ne doit pas se contenter de présenter le sujet, c’est à dire de se limiter à l’éclaircissement de la signification de celui-ci. D’autre part, l’introduction ne doit comprendre aucun élément de réponse à la question posée par le sujet. En revanche, il appartient à l’introduction de transformer la question du sujet en problème, c’est à dire de faire apparaître progressivement la question du sujet pour ce qu’elle est véritablement d’un point de vue philosophique, c’est à dire l’expression singulière d’un problème général qu’il convient précisément de traiter dans le cadre du devoir et c’est à ce titre que l’introduction peut inaugurer le mouvement d’ensemble de la reflexion, en lui conférant une dimension argumentative.

- Exigence et prescription

- L’introduction en doit en aucun cas partir de l’enoncé du sujet parce que cela reviendrait à présupposer celui-ci déjà connu et surtout déjà compris alors que c’est la vocation même de l’introduction d’éclairer, d’établir progressivement le sujet dans sa signification, et plus encore dans sa dimension problématique. En revanche, l’introduction doit retrouver le sujet et plus précisément doit reconduire au sujet d’une manière tout à fait spécifique, c’est à dire en s’appliquant à en éclairer la signification principale et surtout la consistance problématique. A ce titre l’énoncé du sujet, peut parfaitement figurer dans le cadre de l’introduction mais au terme, à la fin d’un court moment d’analyse et de réflexion permettant de le ressaisir dans sa signification et sa consistance problématique.

- Si l’introduction a donc pour fonction principale de poser un problème engagé par le sujet, c'est en s’employant à indiquer, à faire intervenir les raisons et mieux encore les difficultés qui suscite un tel problème, il ne faut donc pas plaquer le problème engagé par le sujet (il faut donc bannir « le sujet qui nous est posé engage ce problème.. »). Pour éclairer la question du sujet, dans sa dimension problématique, il est possible de mettre en place une difficulté majeure, ou encore un paradoxe central qui suscite la position même de la question du sujet à titre de problème pour la réflexion.

- Enfin, l’introduction doit présenter ou plutôt annoncer le plan d’ensemble du devoir, c'est à dire son orientation générale en ces étapes principales. Toutefois, l’annonce du plan, ne doit pas obéir à une démarche maladroitement scolaire, qui conduit le plus souvent à résumer et donc à dévoiler par avance le contenu de la future réflexion (ne pas dire : « dans un premier moment on verra que .. dans un 2ème moment nous montrerons que... »). De manière différente, annoncer le plan, c’est énoncer et enchaîner les principales questions qu’il convient de se poser et de traiter pour parvenir, à résoudre le problème engagé par le sujet en ses principales difficultés

...

Télécharger :   txt (29.5 Kb)   pdf (70.9 Kb)   docx (23.3 Kb)  
Voir 18 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club