Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Dissertation: la tâche du romancier, quand il créer des personnages, ne consiste-t-elle qu’à imiter le réel?

Par   •  10 Septembre 2018  •  2 249 Mots (9 Pages)  •  32 Vues

Page 1 sur 9

...

lecteur dans un tout autre univers, un univers tirant parfois ses origines de la pure fiction.

Cette déformation du réelle est cependant ce qui fait du roman un genre très libre, et ce qui permet aux romanciers de jouer de leurs imaginations pour nous faire découvrir un tout autre monde rempli d’éléments merveilleux et fictionnels.

En remontant le temps ou au contraire en nous projetant dans un avenir lointain, les romanciers de sciences fictions nous invitent à explorer des mondes inconnus. Dans Fahrenheit 451 de Bradbury, l’auteur nous fait découvrir un monde “à l’envers”, où les personnes que l’on nomme “pompiers” sont chargés de brûler tous les livres qu’ils aperçoivent. De même dans le Seigneurs des anneaux de Tolkien, on voit apparaître des créatures imaginaires n’existant pas dans le monde réel tel que les elfes,les orques ainsi que les hobbits.

Les romanciers peuvent aussi s’amuser à effacer les barrières qui séparent le réel de l’imaginaire. En effet, dans certains romans, on observe l’intrusion de certains éléments imaginaires dans un cadre qui est pourtant bien réel. Dans la Peau de Chagrin, qui fait parti de la Comédie Humaine de Balzac, le héros Raphaël qui vit dans un cadre tout à fait réaliste, tombe sur un apothicaire qui va lui donner une peau enchanté. De même dans le Tour d’écrou d’Henry James, on observe une institutrice ,et les enfants dont elle est en charge, être victimes de plusieurs phénomènes paranormaux dont l’apparition de fantômes. Dès l’Antiquité cette intrusion d’élément imaginaire dans un contexte réel est remarquable notamment avec l’ ne d’or (ou les Métamorphose) d’Apulée, un des premier ouvrage considéré comme roman. Dans ce livre, Lucilius est un jeune grecque partant étudier qui se fait transformer en âne par une sorcière. Ainsi, le romancier crée aussi des personnages réalistes vivant dans un monde rempli d’éléments merveilleux et imaginaires.

Ainsi, la tâche du romancier peut aussi être de nous faire découvrir des personnages tirés de notre imaginations, à nous faire réver. Cependant, plus qu’un simple fiction ou qu’un imitation banale de la réalité, le romancier semble mettre en avant son style au service de l’écriture pour créer une véritable re-création des personnages et de l’univers qui les entoure.

Au delà d’une simple copie du monde réel, nous remarquons que dans sa création de personnage, le romancier réinvente le monde à sa manière et nous offre alors une toute autre image du réelle agrémentée de sa propre vision des choses .

En effet, nous voyons que l’auteur utilise ses personnages pour faire véhiculer sa vision du monde . Dans la majeur partie des romans engagés, les personnages ont un rôle dans la démonstration du point de vue de l’auteur. Nous pouvons citer La Peste d’Albert Camus, dans lequel le cadre et les personnages sont bien réels mais l’épidémie est fictive et représente une allégorie de la guerre. Les protagonistes que l’on y retrouve incarnent des attitudes possibles dans ce contexte particulier.

Il est vrai que transformer le réel peut parfois aider le lecteur à mieux comprendre la réalité, paradoxalement. En effet, dans tout le chaos et les divers évènements insignifiants de la vie quotidienne, cela nuirait à l’auteur de décrire chaque chose tel qu’il est. C’est ainsi qu’il opère alors des choix dans sa retranscription de la réalité pour faire passer son idéologie. Nous avons André Malraux dans la Condition humaine, qui a choisi de prendre en compte le parti communiste dans la révolution en Chine et de faire véhiculer, en particulier, au lecteur cette image de crainte et de trahison régnant à l’époque, nous exprimer sa propre opinion de ces évènements. Maupassant dans la préface de Pierre et Jean nous précise d’ailleurs que “le réaliste, s’il est artiste ne cherchera non pas à nous montrer une photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la vie même.”

Ainsi, lors de sa création de personnage, le romancier opère des choix particuliers qui lui permet de recentrer son roman autour d’un thème qui lui tient particulièrement à coeur. Ces choix et cette déformation du réel donnent aussi au lecteur la possibilité de mieux comprendre la situation et de mieux rentrer dans la réalité même. Bien que le romancier à certains desseins dans la conception de son oeuvre, son style personnel et son talent lui permettent une re-création artistique du monde et des personnages.

Dans toutes les formes romanesque, nous ne pouvons nier que l’auteur y intègre son style et son esthétique pour montrer son regard sur les choses.

En effet, Ricardou nous définit bien le récit comme n’étant plus “l’écriture d’une aventure mais l’aventure d’une écriture”. Ainsi, on note que même les auteurs réalistes et naturalistes dont le rôle est de décrire la réalité au plus proche, ne peuvent échapper au pouvoir du style. Dans l’Assommoir, Zola nous présente Goujet, un ouvrier parisien comme une véritable figure mythique, se rapprochant de l’image des divinité gréco-romaine. Proust nous présente aussi la description du duc de Guermantes comme celui d’un vieillard, qui représente finalement une allégorie de la mort. Nous retrouvons aussi cette re-création du personnage dans le Nouveau Roman. Meursault dans l’Etranger d’Albert est un personnage totalement transformé par l’écriture dite “blanche” de l’auteur. Ce simple employé de bureau devient alors un véritable anti-héros qui plonge le lecteur dans une aventure romanesque déroutante.

Si la tâche du romancier n’est en effet que de copier le réel, cela impliquerait que ses modèles sont suffisants à eux-même pour bâtir un roman digne de ce nom. Or, Flaubert souligne dans la lettre à louise Colet qu”il n’y a pas en littérature de beaux sujets d’art.” Ainsi le style de l’auteur domine sur le thème du texte.

De même, Proust ajoute dans la dernière parti du Temps retrouvé que le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux des traducteurs”. Donc comme les traducteurs qui ont chacun leur façon de traduir ou de percevoir les mots, les romanciers eux aussi ont chacun leur style retranscrivent la même réalité vu par leurs propres couleurs. Nous apercevons cela avec En lisant en écrivant, un recueil contenant les notes de Julien Gracq, dans lequel l’auteur nous présente tout son travail d’écriture et de lecture

Ainsi, par son talent, par son style mais aussi par sa volonté de faire passer au lecteur une idéologie, le romancier transforme la

...

Télécharger :   txt (14.4 Kb)   pdf (56.2 Kb)   docx (16 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club