Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Cours de perception et cognition

Par   •  14 Novembre 2018  •  3 127 Mots (13 Pages)  •  87 Vues

Page 1 sur 13

...

Pour parler, on utilise à peu près 400 muscles que nous guidons :

- Le cortex moteur est principal pour la parole.

- L’aire visuelle primaire est très étroitement associée à la parole car nous contrôlons sans arrêt visuellement notre environnement quand nous parlons, il y a un filback spontané. Notre parole change de sens en fonction des réactions autour.

Le geste donne un sens supplémentaire à la parole. Il ne faut pas compartimenter les canaux de communication. L’humain est assez intelligent pour contrôler plusieurs canaux de communication.

L’aire de Wernicke :

Le son d’un mot est contrôlé dans le cortex auditif. L’aire de Broca est responsable de la production des annonces. Le cortex moteur est responsable de la fondation avant que la personne concernée prenne la parole.

Le gyrus angulaire est responsable de plusieurs canaux combinés.

Une action encapsulée est une action qui ne peut pas être oubliée, difficile à changer. Ex : dans le sport, la natation.

Les dyslexiques ont un cour circuit dans l’action encapsulée.

Une aptitude est passée au code génétique. Ex : le lapin qui a transmis dans son code génétique le problème de l’autoroute.

- La communication visuelle

Elle passe par trois canaux différents :

- Le geste

- L’expression faciale

- L’iconographie : techniques qui prolongent le geste.

Depuis à peu près 40 000 ans, les premiers signes iconographiques sont apparus. Ex : les dessins dans les grottes. Nous avons hérité cela des primates et nous y avons ajouté la technique iconographique : ce sont différentes technique de production.

Les égyptiens ont découvert que le chat domestique peint. C’est le seul fait connu de la production iconographique dans le règne animal.

Ces trois canaux sont médiés par la perception visuelle.

Sur la rétine se créé l’image, c’est un écran de création physique de l’image. Il y a une photosensibilité. C’est le phénomène de la compression du signal par la rétine : compression de l’image et autoréglage de sa propre sensibilité. La rétine s’adapte aux conditions visuelles (la luminosité...)

Il existe vingt-deux aires visuelles dans lesquelles ont décompose les messages visuels. Ex : le V1 s’occupe des contours de l’image.

Le cortex temporal primaire et secondaire est une aire de reconnaissance et d’identification. Il est composé d’algorithmes complexes. On reconnaît les formes, il faut les définir. C’est dans le PIT.

Dans le AIT, on a une identification, c’est une simplification. Après avoir reconnu une forme, on lui met une étiquette. On utilise peu de force du traitement du cerveau.

Le lobe préfrontal sert au traitement de l’information. Le néocortex est responsable de la pensée langagière, superficielle... Il y a l’étiquetage verbal dans le lobe préfrontal, nous manipulons les symboles (qui allègent le travail du cerveau). La pensée associative permet de prendre les symboles et de les mettre en relation avec d’autres symboles. Ex : on voit un bus, il peut y avoir des passagers dedans (PMC). On prend ensuite notre décision motrice.

Scène visuelle :

Ce qui est dans le réel la surface des objets éclairés.

La vision :

C’est le traitement cérébral de l’image qu’on obtient sur le fond de notre œil.

L’image :

C’est la déformation de cette scène visuelle.

À partir de l’image qui est une déformation de la scène visuelle, le traitementcérébral remet tout en place. L’image est une projection.

Nous sommes des animaux qui ont une vision 2D mais nous avons la pensée 3D.

Je sais arrêter mon geste car je sais calculer la scène en terme de 3D.

Un système de constance peut nous donner la juste appréciation des choses. Ex : mesurer les grandeurs ou les couleurs. Des référenciels nous permettent de mesurer.

Introduction iconographique :

Chez les néandertaliens, il existait des choses comme la collection d’objets (cristaux). Ces objets parlent à la vision. On a l’apparition des premiers signes audiovisuels. La conscience iconographique date dont de très longtemps.

La perception visuelle :

C’est la communication visuelle. Au-delà du temps demandé (en secondes), il y a un retard dans la vision. Quant on parle de l’immédiateté dans la communication, on ne parle pas d’un temps 0 mais d’un temps d’immédiateté. C’est la perception immédiate même s’il faut néanmoins un temps positif (non de 0). On est dans le temps réel quand on est dans l’immédiateté, ce que permettent certains dispositifs.

- La rétine a deux fonctions : auto-régler sa sensibilité et est un passage entre les cellules rétiniennes et les cellules ganglionnaires. C’est le processus de compression du signal. Nous traitons dans le cerveau une information divisée par mille.

- Les aires visuelles : l’image est décomposée dans ses composantes premières (géométrie...) C’est le traitement de l’image au sens physique du terme.

- Deux centres : dans lesquels on identifie l’objet.

- Les lobes frontaux : traitement de haut niveau car on associe notre image identifiée à un concept : traitement associatif. On colle des étiquettes verbales.

La rétine :

C’est une délégation, une excroissance du cerveau. Ce n’est pas un organe anodin, c’est un organe qui concentre beaucoup de capacités visuelles. La rétine nous donne beaucoup de traitements initiaux du traitement visuel. La rétine catégorise le champ visuel. Il y a plusieurs sortes de visions. La rétine est un organe visuel qui se compose

...

Télécharger :   txt (20.6 Kb)   pdf (67.3 Kb)   docx (22.9 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club