Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Exposé sur le roman Candide ou l'optimiste

Par   •  18 Septembre 2018  •  1 593 Mots (7 Pages)  •  68 Vues

Page 1 sur 7

...

- Pangloss

Pangloss est le précepteur de Candide. Voltaire en fait immédiatement un personnage hautement comique en disant de lui qu’il enseigne la « métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie », un mélange de trois disciplines distinctes : la métaphysique, la théologie et la cosmologie qui, mises bout à bout, forment un résultat absurde, premier indice qui conduit le lecteur à penser que Pangloss a tout d’un nigaud. Voltaire se moque de la science, ou du moins de certaines disciplines, et ne manque pas l’occasion de ridiculiser indirectement la théorie de l’optimisme du philosophe Leibnitz avec la formule très connue : « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles », alors que les personnages sont poursuivis de malchance.

- Personnages secondaires

- La vieille

Apparaissant au chapitre 7, c’est un personnage secondaire, pessimiste comme Martin. Elle a eu un passé très douloureux : elle a été violée et a une fesse coupée. Elle désapprouve la vision optimiste de Pangloss et tente d’offrir à Candide une vision différente du monde. Les chapitres 11 et 12 sont consacrés à son histoire. Le rôle de ce personnage est en fin de compte de réfuter les théories de Pangloss et par la même occasion, tout en montrant à Candide ce que deviendra un jour Cunégonde quand les années auront passé. Elle est d’ailleurs, comme elle, issue de la noblesse.

- Cacambo

Le personnage de Cacambo devient à la fin du conte l’intendant de Candide. Malgré sa condition de sauvage, Cacambo fait partie des premiers personnages à exprimer des idées rationnelles. Il apporte une aide précieuse à Candide, puisant son savoir de son expérience, il est une figure du savoir concret, contrairement à Pangloss. Voltaire révèle explicitement son métissage au début du chapitre 14 : « un quart d’espagnol, né d’un métis dans le Tucuman ». Il rappellera Candide à la réalité avec des petites phrases cyniques mais justes, nourries de son expérience.

- Martin

Le personnage de Martin est en opposition à celui de Pangloss car il est, lui, pessimiste. C’est de lui que Candide apprendra le plus, comparativement à l’enseignement qu’il reçoit de son précepteur. Martin fait son apparition au chapitre 19, quand Candide s’apprête à revenir en Europe. Voltaire dit de Martin que c’est un savant qui a été marqué par de nombreuses épreuves de la vie.

- Etude thématique

- Thème principal : L’argent

Les philosophes des Lumières ont tous posé le problème de l’argent, associé à la question du bonheur. Le XVIII siècle connaît une grande mutation économique : l’argent issu de la richesse foncière et l’aristocratie est peu à peu remplacé par l’argent produit du commerce (de plus en plus international), du travail agricole et de l’industrie naissante (fin XVIII en Angleterre). Voltaire, qui a très bien su faire fructifier ses avoirs, ne pouvait que donner son avis sur cette question dans Candide.

- Thèmes secondaires

- L’image de la femme

La société du XVIII siècle est une société masculine. A part quelques aristocrates ou grandes bourgeoises qui tiennent salon, les femmes sont réduites à un rôle de mère et d’épouses. Candide, qui est, dans une certaine mesure un miroir révélateur de cette société, donne de la femme une image dévalorisée même si Cunégonde joue un rôle narratif très important.

- La parodie

La parodie détourne un texte (d’un genre ou d’une œuvre) de manière à le ridiculiser.

On choisit un texte célèbre que l’on tourne en dérision dans le but de faire rire le lecteur aux dépens bien sûr de l’auteur parodié. Il faut donc que le lecteur reconnaisse l’œuvre parodiée et mesure l’écart entre le modèle et le détournement.

- L’utopie

En grec cela signifie « en aucun lieu : nulle part ». L’Utopie est au début un pays imaginaire où un gouvernement idéal règne sur un peuple heureux, mais dès le XVIII siècle, le sens du mot s’élargit ; l’utopie est un idéal politique qui ne tient pas compte de la réalité.

Conclusion

Candide, dont le titre est complet est Candide ou l’optimiste, est un conte philosophique écrit de Voltaire paru en 1759. Le livre est présenté comme étant la traduction d’une œuvre allemande d’un certain Docteur Ralph. Le ton général de l’œuvre est souvent ironique, se moquant et dénonçant tout à tour la noblesse et la philosophie optimiste de Leibniz.

...

Télécharger :   txt (10 Kb)   pdf (54.5 Kb)   docx (15.6 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club