Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation.

Par   •  26 Avril 2018  •  2 168 Mots (9 Pages)  •  79 Vues

Page 1 sur 9

...

- Face au défi de la mondialisation, l’avenir de l’industrie est en ville

L’innovation est indispensable pour relever le défi de la concurrence internationale et conquérir des marchés nouveaux. Les territoires de l’innovation correspondent aux technopôles. Proches des villes, ils disposent d’une main d’œuvre qualifiée, d’un encadrement scientifique, de réseaux de communication rapides et d’un cadre de vie de qualité.

La métropolisation des activités industrielles renforce la place de Paris et de l’île de France, première région industrielle devant la région lyonnaise. Les métropoles régionales tendent aussi à se spécialiser dans des activités de haute technologie (informatique, aéronautique, biotechnologies…)

Impulsés par l’Etat, les pôles de compétitivité, souvent attachés à une métropole, doivent rendre l’économie plus compétitive et créer des emplois. Ces dispositifs de soutien de l’Etat, des régions et des collectivités locales témoignent d’un désir de ne pas succomber à la fatalité du déclin, voire même d’une ambition de ré industrialisation du territoire.

- La France, géant vert dans la mondialisation agricole

- La France, grande puissance agricole

La France est le 1er producteur agricole de l’Union européenne. Cette puissance, la France la doit d’abord à ses agriculteurs : 500 000 exploitants, autant d’aides familiaux et salariés agricoles (au total moins de 3% de l’ensemble des actifs) travaillent sur les 27 millions d’hectares de la plus vaste Surface agricole utile (SAU) d’Europe.

Le nombre d’exploitations et d’agriculteurs baisse depuis plusieurs décennies. Les grandes exploitations sont toujours plus nombreuses et assurent l’essentiel de la production agricole. Les céréales, la viande et le sucre, ainsi que les produits bénéficiant d’un label européen d’appellation d’origine protégée (AOP), sont les points forts de l’agriculture française.

L’agriculture s’appuie sur une puissante industrie agroalimentaire (IAA) dominée par quelques grandes firmes transnationales. Les IAA sont le premier secteur industriel français : elles valorisent 70% de la production agricole et occupent plus de 500 000 emplois.

Les exportations agroalimentaires contribuent de façon positive au solde de la balance commerciale. Longtemps au 2e rang mondial des pays exportateurs, la France se place, depuis 2008, au 4e rang derrière les Etats-Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne.

- Un espace agricole entre spécialisation et mutation

La PAC (Politique agricole commune) et la mondialisation ont conduit le monde agricole à rechercher une plus grande efficacité dans a modernisation (machinisme, irrigation, engrais, produits phytosanitaires, etc.), la recherche agronomique (variété nouvelles) et la spécialisation des régions.

Désormais, l’espace agricole d’organise en grands bassins de production :

-grandes cultures mécanisées sur de grandes parcelles de culture en céréales et plantes industrielles ;

-élevage dans les régions de moyenne montagne ;

-élevage hors-sol : volailles, porcs, etc. ;

-cultures spécialisées : vignobles, arboriculture et cultures maraîchères, etc.

A l’opposé, les régions moins adaptées à l’agriculture à l’agriculture intensive et mécanisée, sont victimes de la déprise agricole : friches et forêts progressent.

Mais l’agriculture productiviste est loin d’être inoffensive à l’égard de l’environnement : pollution des nappes souterraines, fortes consommation d’eau, risques sanitaires… La nouvelle PAC trend donc à déplacer ses aides vers un développement écologique et sociétal équilibré des espaces ruraux. L’introduction de critères du développement durable invite de plus en plus à la recherche d’une agriculture raisonnée ou d’une agriculture biologique certifiées par des labels français ou européens.

- Mondialisation : des espaces agricoles intégrés, des espaces en marge

Des régions agricoles sont bien intégrées aux marchées européens et mondiaux : céréaliculture du Bassin parisien, régions d’élevage bretonnes, grands vignobles… qui correspondent aux exploitations modernisées, spécialisées, liées aux IAA, gérées par des agri-managers ; leurs revenus sont élevés.

Mais les céréaliculteurs doivent compter avec la concurrence de « pays neufs » (les Cairns), de l’Ukraine et de la Russie, alors que les vignobles du Nouveau Monde concurrencent les viticulteurs français sur le marché mondial.

Près de la moitié des exploitations françaises n’ont pas de revenus suffisants. Ce sont des régions aux exploitations de faible superficie, souvent restée dans des systèmes poly culturaux.

Ces agriculteurs marginalisées, notamment celles de moyenne montagne, « perfusées » de subventions, placent leur espoir dans le développement rural et le tourisme vert.

- Le tertiaire, atout de la France dans la mondialisation ?

- Les activités tertiaires, un rôle économique majeur

La France est le 4e exportateur mondial de services derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les activités tertiaires assurent plus du quart du commerce extérieur et fournissent 75% des emplois dans le tourisme, les services financiers, les télécommunications, la santé, la logistique… La croissance de l’emploi au cours des trente dernières années est essentiellement due à l’essor du tertiaire.

Des firmes françaises au rayonnement mondial s’activent dans des domaines aussi variés que les transports (Air France), les télécommunications (France Telecom), la banque et l’assurance (Société Générale, Crédit Agricole, AXA…), le commerce (Carrefour, Auchan…) l,’hôtellerie et les loisirs (Accor, Club Méditerranée), les servies aux entreprises : publicité (havas, Publicis), gestion informatique (Cap Gemini)…

- La ville, un concentré d’activités tertiaires

La ville apparaît comme le haut lieu de la tertiarisation. Les activités tertiaires de haut niveau (services financiers, sièges sociaux des FTN…), par les réseaux

...

Télécharger :   txt (16.2 Kb)   pdf (61.6 Kb)   docx (19.5 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club