Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L’Europe du Congrès de Vienne (1814-1815)

Par   •  24 Janvier 2018  •  987 Mots (4 Pages)  •  155 Vues

Page 1 sur 4

...

- Louis XVIII est accueilli positivement car il est un Bourbons et donc considéré par les autres puissances monarchiques européennes comme légitime monarque, légitime chef de l’état français

9 juin : signature de l’acte final du Congrès

18 juin : défaite de Napoléon à Waterloo

B - Le nouvel ordre international issu du Congrès de Vienne

Les bases du règlement final : la restauration des dynasties + l’équilibre des puissances

Les conséquences géopolitiques :

- frontières déplacées et échanges de territoires et de populations

- la pression russe à l’Est

- les changements dans les pays germaniques (établissement de la Confédération germanique, sous tutelle autrichienne)

L’esprit du règlement final :

- le refus de l’héritage révolutionnaire

- la volonté de puissance des grands états

- la marginalisation des états « constitutionnels » :

- France, Pays-Bas, Confédération helvétique → monarchies absolues

- RU → monarchie constitutionnelle (sans pour autant une « Constitution », un texte particulier) avec répartition des pouvoirs : le roi ne peut pas lever l’impôt ni déclarer la guerre sans le soutien du parlement

- Norvège et Pologne, mais qui sont non indépendants

- l’union des monarques et la conservation des institutions au nom du « droit divin », ad vitam eternam

C – L’union sacrée des princes : le pacte de la Sainte-Alliance et ses conséquences

Le pacte de la Sainte-Alliance :

- une initiative d’Alexandre 1er, un monarque orthodoxe aux velléités parfois « libérales », mais aussi porté au mysticisme

- les réticences autrichiennes (puissance catholique)

- le refus britannique (protestantisme, anglicanisme)

- la signature à trois (Russie, Autriche, Prusse) le 26 septembre 1815 : « au nom de la Très Sainte et Indivisible Trinité des trois puissances orthodoxe, catholique et protestante » → légitime l’ordre, l’équilibre qu’il faut garder, avec toujours des monarques et la religion chrétienne

Les prolongements du pacte :

- trouver des garanties contre toute nouvelle offensive révolutionnaire ou libérale

- pérenniser l’ordre du Congrès de Vienne → double « signature » le 20 novembre 1815 :

- 2ème Traité de Paris avec la France afin de faire comprendre à Louis XVIII qu’il doit contrôler son royaume : perte territoriales supplémentaires, indemnité de guerre, occupation du territoire

- Quadruple-Alliance (les trois signataires de la Sainte-Alliance + le RU) : garantir le statu quo en Europe, empêcher tout réveil guerrier de la France

La France occupée ; l’évolution des relations entre France et grandes puissances (1815-1818)

[pic 2]

Conclusion

L’Europe du Congrès de Vienne : une Europe de la stabilité ?

- Un objectif partagé par les grandes puissances

- Un état d’esprit dominant qui n’empêche pas des divergences de fond entre les vainqueurs

- L’héritage de la Révolution française ; un défi durable pour les puissances

- Certains peuples sont convaincus que l’héritage de la révolution ne peut que perdurer

- Quelles furent l’efficacité et la pérennité du système mis en place au Congrès de Vienne ?

...

Télécharger :   txt (6.8 Kb)   pdf (126.8 Kb)   docx (573 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club