Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les partis politiques sont ils des partis de professionnel ?

Par   •  3 Avril 2018  •  3 591 Mots (15 Pages)  •  320 Vues

Page 1 sur 15

...

On s’aperçoit donc que les partis politiques sont depuis 1990 basés sur une organisation presque identique à celle des entreprises afin de pouvoir s'améliorer et devenir plus compétitif sur le marché politique.

B) Les partis politiques sont portés sur le marketing politique.

Afin de fidéliser de nouveaux électeurs aux seins de leurs rangs, les partis politiques se fondent de plus en plus sur un principe de marketing politique. Selon Lees-Mashment, «le marketing politique est spécifiquement conçu aux organisations politiques leur permettant d'adapter des techniques telles que la recherche de marché, la conception des produits, concepts à l'origine utilisé dans le monde des affaires par les entreprises afin de les aider à achever leurs objectifs». O'Cass y rajoute que « le marketing politique permet de construire et d'entretenir des relations d’échanges bénéfiques entre un parti et des électeurs dans le but d'atteindre les objectifs politiques préconçus.

Les partis politiques dominants ne font plus que de la "représentation politique ", c’est-à-dire du marketing politique. Par conséquent, le débat est masqué et même détourné, au seul profit d’une image " de marque ", parfois d’un culte de la personnalité. Dans l'idée du marketing politique, on peut reprendre l'exemple du parti travailliste de Grande Bretagne. Afin de pouvoir reconquérir des électeurs, les dirigeants du parti travailliste adaptent leur « produit » aux attentes supposées des « consommateurs». Le dirigeant de l'époque, Blair, a essayé de moderniser le parti travailliste à différents niveaux: en adoptant une stratégie de communication ou encore avec des procédures inspirés du management des firmes privées. Gouvernant pays et parti par une combinaison de slogans et d'indicateurs de performance, une force de conviction et un leadership extraordinaire, Tony Blair a réussi à faire accepter des réformes radicales de l'État notamment. Pour le cas de la communication, le parti a adopter une stratégie marketing lié à l'image du parti: afin de plaire au plus grand nombres et changer l'ancienne image renvoyer par le parti, les dirigeants ont décidés de changer le logo du parti, la rose, symbole du parti est stylisée. On produit de nouveaux tracts, et on créer un nouveau slogan qui parle à tous le monde.

Des meetings sont organisés avec a leurs têtes des orateurs spécialisés dans la communication de masses, c'est à dire un discours qui va parler au plus grand nombre avec de belles paroles, changeant l'opinion qu'on porte sur le parti politique. On va chercher à mettre à la tête du parti une figure politique importante qui renverra une bonne image aux électeurs. Au sein même du partis, les dirigeants vont donc pour la plupart sélectionner, ou trier, eux mêmes les potentiels candidats à la tête de celui ci, celui qui apportera le plus d’électeurs potentiels au futur, quitte à perdre l'aspect démocratique qui devrait se tenir au sein de l'organisation. On constate alors à quel point les partis sont d’énormes " machines " fonctionnant selon un modèle bureaucratique où la parole n’est pas laissée au militant.

Comme dans une entreprise, les permanents du parti sont envoyés régulièrement en stage de formation et en week-end supposer consolider l'esprit d'équipe. Le recours à l'audit permet de restaurer la confiance entre les acteurs et de comptabiliser leurs performances selon des critères d'objectifs. Ces le cas des écologistes qui leurs ont fait appel à plusieurs reprises pour optimiser leur fonctionnement organisationnel ou organiser leurs primaires et votes internes De plus, depuis 1990, on utilise les médias afin de soigner son image. Des événements sont organisés au sein des différents sièges des partis, dont l’objectif est de convaincre les téléspectateurs que le parti est transformé par un leadership important. On appelle les électeurs à se regroupé dans l'organisation politique, avec un esprit de fratrie et de famille politique. C'est cette idée que transmet le marketing politique. Cependant, pour certains auteurs, ce principe de marketing politique risque d’entraîner la perspective d'un « parti sans partisans », professionnalisé, s'appuyant sur les techniques de communication et de marchandising.

Barack Obama s'est lui aussi inspiré des pratiques marketing les plus pointues. Lors de ses deux campagnes présidentielles de 2008 et 2012, il a cherché à faire du «sur mesure » en fonction du profil de chaque militant potentiel. On appel donc à connaître les coordonnées à jour des militants, connaître ses centres d’intérêts, son implication associative, etc. Le PS a quand à lui imaginer pour ses futurs adhérents un espace personnel en ligne. Sur le site du PS, ils trouveront tracts, argumentaires et pourront même « poser une question au premier secrétaire».

Il y a donc en plus d'un principe organisationnel, une idée de marketing dans les partis politiques. Tel une entreprise, le parti politique essai d’améliorer son image sur le marché. Il faut plaire au plus de consommateurs possible. On va utiliser des technique identique à celle des firmes avec l'aide de personnes extérieurs comme des audits ou des conseillers de communication.

- Des membres de moins en moins gratifiés.

Depuis 1990, on assiste à un déclin du nombre d'adhérents aux partis politiques. Dans cette partie, nous montrerons que les adhérents ont une place beaucoup moins importante qu'à l’époque, et ont de plus en plus l'impression d’être à l'heure d'aujourd'hui une simple source de revenus pour les partis ( A). A l'inverse, les permanents sont devenus de véritables salariés avec des taches souvent éloignés de celles pour lesquels ils ont été embauché, créant de nombreux conflits avec la direction (B).

A) Les adhérents, source de financement principale des partis politiques

Les adhérents sont les acteurs clés des partis politiques. Ils s'agit des personnes affiliées à un parti politique dont elles possèdent la carte après avoir payé une cotisation. L'auteur Remi Lefebrve affirme dans son ouvrage qu'il il faut signaler aujourd'hui une certaine crise du militantisme. Les partis ont du mal à recruter de nouveaux adhérents. Cette situation est liée de manière plus générale à une crise de l'action collective car elle touche aussi fortement les syndicats. Cependant,

...

Télécharger :   txt (23.2 Kb)   pdf (68.3 Kb)   docx (20.6 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club