Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le Pont Neuf de Paris

Par   •  4 Décembre 2018  •  1 863 Mots (8 Pages)  •  188 Vues

Page 1 sur 8

...

D’un côté les œuvres architecturales, l’institut de France, l’académie des Beaux-Arts, le pont des arts, le musée d’Orsay, la cupule des Invalides, l’Assemblée Nationale, la tour Eiffel, le pont Alexandre III. Et en traversant le pont de l’autre côté, le grand et le petit Palais, la Concorde, le jardin des Tulleries et le Palais Royal.

Le jour, la nuit et les saisons

Après avoir démarqué le parcours, il y a des conditions qui vont influencer l’expérience lors de son passage par rapport au moments de la journée ou de l’année. Par exemple l’heure, que ça soit le début du matin, la fin de la journée ou la nuit. La saison, printemps ou automne qui donnent de point de vue naturel le plus d’extension des couleurs dans le ciel et dans la perception de l’horizon, pendant que l’été et l’hiver l’attention est centre plutôt dans la proximité, l’expérience devienne moins douce, plus agressive.

La lumière donc jeu un rôle fondamental lors de la perception pendant le passage de l’un à l’autre côté du pont. Le phénomène créé par le soleil dans le petit matin dans le bras nord envisageant l’est sera étonnant, pendant qu’à la même heure dans le bras sud c’est totalement différent avec le soleil caché par les bâtiments, donnant l’impression d’une ville qui dorme, d’un temps plus extatique et calme que n’ose pas réveiller le passant.

La fin de la journée dans la section nord vers l’ouest est un merveille avec le coucher du soleil et ses sensations d’avenir, pendant qu’à l’autre extrême vers l’est on rate complétement cette sensation embué par la circulation et le rythme chaotique de la ville.

La nuit c’est pour le centre du pont, aussi comme le milieu de la journée. Pour son effet dégagé dans l’après-midi par exemple d’un journée d’été, traverser le centre du pont avec le vent donne un sensation de fraicheur presque maritime introuvable avec le lourdeur autre part.

Les conditions atmosphériques jouent aussi un effet très spécial sur le pont, exemple du brouillard, il peut emporter le passant facilement à la rêverie, l’effet qui donnent les grandes lampes comme marqueurs de distance. Elles signalent l’impossibilité de voir plus loin, le risque d’aller de l’autre côté du fleuve, la rue en pavé, sont des éléments agissant vers le sublime avec sa charge de pittoresque.

La nuit c’est spécial, le pont dispose de 6 boules en forme de banc, originalement destinés à être boutiques, dans l’esprit commercial du passage et des vendeurs ambulants des alentours du pont, un semi cercle de chaque côté du trottoir.

Ils ont devenu des divans des repos permettant visualiser à des hauteurs différents les monuments et contournes de la ville. Avec la lune la force naturel de cet effet d’équilibre entre la nature et la ville reviens, le vent, et l’eau qui coule en bas renforcent cet impression si on est juste assis avec le regard vers l’intérieur du pont.

Dû à l’inclination des bancs, on peut s’enfoncer dans l’appréciation du ciel et des nuages illumines par la ville si on le veut. On pourrait imaginer une rupture avec la ville pendant cet instant de repos mais aussi lors de tout le passage sur le pont, comme si ça était un pont qui permettra la déconnexion temporel du passant voyageur.

Plate-forme de l’expérience esthétique

Ce pont est dans ses formes très simple, il est robuste mais pas trop imposant, soutenu par des arcs, avec des repos dans ses colonnes en formes de tours, très fonctionnel et ample il communique les deux côtés de la rivière avec son île. En soi il y a qu’un peu des décors avec des têtes qui sortent de ses murs, ses gestes sont lourdes, il a une statue au milieu, il donne accès au petit parc en pointe de l’île et à la place Dauphine, en bas il est un espèce de caverne.

Il ne semble pas fait pour produire des sensations, son architecture est fonctionnelle, mais pour les émotions capable d’évoquer dans le sujet qui le traverse, il peut rapprocher un ouvre avec des fins esthétiques. De là que nous nous posons la question de si c’est ; dans son contexte, pour ses formes ; dans le sujet qui le traverse, comme erreur de sa perception, ou dans l’objet, le pont comme véhicule vers la contemplation de l’expérience esthétique, qu’il a une valeur en dehors de son aspect fonctionnelle.

Pour nous la force contenu dans ce pont c’est le sentiment qu’il évoque en le traversant, parfois c’est de grandeur, des autres d’un évanouissement de faiblesse au milieu de la ville, il peut transporter le passant dans ses différents hauteurs, à des appréciations qui vont de l’exaltation de l’art et la technique, passant pour le pouvoir politique et l’histoire, à la peur et le mystère, tout en appréciant les formes qui l’entourent et que ne seront pas possibles d’être visibles sans son existence. C’est pour ça qu’on peut considérer ce pont comme structure ou encore comme plateforme de l’expérience sensible. Il est capable de traverser l’intelligibilité de l’espace pour nous ouvrir une voie vers la passion, et évoquer dans ses différents registres les sentiments sublimes de l’esprit, selon les conditions changeantes de son environnement.

.

...

Télécharger :   txt (11.3 Kb)   pdf (51.8 Kb)   docx (15.6 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club