Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Connais-toi toi-même

Par   •  6 Mai 2018  •  1 707 Mots (7 Pages)  •  171 Vues

Page 1 sur 7

...

environnent et qui sont partout autour de nous. Lors de notre première entrée dans le Temple, notre « initiation » (mais étions nous a ce moment-là réellement « initiés » ?), tout nous a été donné : La boite-à-outils (le Rite) et les outils eux-mêmes (les Symboles). Il nous reste a appréhender ces outils (à les prendre en main), a apprendre leur usage, ce qui nous permettra de nous « déconstruire » pour ensuite nous « reconstruire ». Le Rituel propose un contenu symbolique que chacun transpose dans son cheminement initiatique dans une compréhension intime qui lui est personnelle, et qui évoluera dans le temps en fonction de sa progression sur son Chemin. La véritable « conversion du regard » se fait lorsque l’initié comprend dans le profond de son âme, que seul l’amour et non l’intellect est susceptible de lui donner une juste intelligence de la vie, que seul l’Amour est porteur de Lumière. « On ne voit vraiment bien qu’avec le cœur » nous dit le Petit Prince…

C’est donc par la reconstruction de soi-même que l’on va retrouver son moi intime. En rassemblant ce qui est épars, en faisant naitre de ce chaos sa propre Harmonie, son Ordre intérieur.

La déconstruction permet d’appréhender, de prendre conscience de notre « je »,. La reconstruction, c’est la recherche de son « moi » pour ensuite par transcendance, atteindre le Soi, l’Être ultime, débarrassé de son savoir, ayant accéder à la Connaissance Ultime. Car si Savoir rime avec avoir, Connaître rime avec « Etre »

C’est pour ca que seul « moi-même » peux « me connaître ».

On peut retrouver le « connais-toi toi-même » dans l’acronyme V.I.T.R.I.O.L, dont je vous ai parlé dans mes propos symboliques il y a peu. Il nous faut « devenir ce que l’on est », s’aimer après rectification…

A l’intérieur de nous-même persiste une lumière de spiritualité, parfois bien cachée en notre tréfonds. Il nous faut la trouver, la débarrasser des scories qui l’entourent, pour la faire briller.

On reste malgré tout devant un problème de taille : Se connaître soi-même pourrait s’apparenter à une auto-analyse psychanalytique (même s’il faut bien distinguer le Moi du Soi !!). Or en physique quantique, on dit que l’observation d’un phénomène perturbe le phénomène lui-même et que donc il est illusoire de chercher à voir la réalité puisque dès qu’elle est regardée, elle change et que donc la réalité observée n’est plus la réalité ! Ce qui semblerait dire que la connaissance de nous-même nous est inaccessible. Si je prends le paradoxe d’une Ile déserte que je veux vous décrire. Je vais y aborder, mais elle ne sera plus déserte du coup ! D’ou la non-existence du concept d’ile déserte, l’existence de quelque chose ne semblant être possible que par sa révélation ! Alors se connaître soi-même ? S’approcher au plus prêt de la connaissance de soi, peut-être y aboutir finalement …? C’est atteindre l’infini inatteignable, l’inaccessible étoile de Brel.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais pourquoi donc devoir se connaître ?

Pour connaître l’Univers et les Dieux nous dit Delphes !

Alors, j’ai demandé aux cartésiens : comment décrire l’Univers ? Sans détailler, pour eux, l’Univers est une sphère dont le centre est à sa périphérie (quelque soit la position de l’observateur, il regarde la lumière primordiale, donc le centre).

Et puis je suis allé voir Dante, dans les derniers chants du « Paradis ». Pour lui, la Divinité est représentée sous la forme d’un point autour duquel se disposent des cercles concentriques. Le centre, c’est le point immobile de l’éternité qu’entourent les points fluctuants du temps. Toujours pour Dante, Dieu est une sphère intellectuelle dont le centre est partout.

Comme pour Pythagore (présocratique), le centre est le commencement du cercle, ou pour Proclus, de l’Ecole platonicienne, « Le cercle est tout entier présent dans le centre, car le centre est la cause du cercle ».

Le Tout dans l’Unité !

Physique et métaphysique se rejoignent…

Se connaître soi-même c’est finalement ETRE soi-même.

Donc connaître l’Univers, c’est ETRE l’Univers, Connaître les Dieux, c’est ETRE les Dieux, c’est etre Parfait Initié.

Mais si le Parfait Initié est l’Univers lui-même, où qu’il aille, il sera toujours à son centre, au centre de son cercle, au centre de lui-même. Se connaître soi-même, c’est appréhender son tout, c’est parcourir son cercle pour y trouver le centre, c’est revenir à sa propre unité.

J’en concluerai que pour être Initié, il faut se connaître soi-même.

Que l’on ne peut se connaître soi-même que par son propre travail sur soi-même,

J’ai débuté par Rabelais, je terminerai en le paraphrasant :

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme…

Pour moi,

« Naissance sans connaissance n’est que ruine de notre démarche » !

Et une dernière citation d’un jeune auteur, Carl Aderhold :

"C’est curieux comme on peut abriter au fond de soi une personne tout à fait différente de celle qu’on a été pendant des années."

...

Télécharger :   txt (10.6 Kb)   pdf (51.3 Kb)   docx (15.6 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club