Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

A quoi sert l'économie ? Qu'est ce que l'économie politique ?

Par   •  17 Septembre 2018  •  1 399 Mots (6 Pages)  •  254 Vues

Page 1 sur 6

...

→ Les notions d'économie positives et économie normatives :

Positive : propose une politique donnée dont les effets annoncés seront vérifiables dans les faits, c'est une hypothèse qui peut être vérifié par observation. Exemple, si on réduit le déficit budgétaire, cela entraînera une hausse du chômage mais une baisse de l'inflation.

Normative : recommandation politique dont on ne peut pas vérifié dans les faits, mais en principe prouvé par théorie, c'est une hypothèse qui ne peut pas être vérifiée par observation. Exemple, lors de mise en place de politique il est nécessaire de se préoccuper de l'inflation avant tout.

II- Grands débats théoriques et méthodologiques :

→ Philosophes grecs et théologiens du Moyen-Age :

- Une pensée économique inscrite dans des réflexions philosophiques, morales, religieuses, politiques.

→ Renaissance (16e et 17e siècle) :

- Une pensée économique inscrite dans des réflexions philosophiques, politiques

→ 18e siècle :

- Une pensée économique inscrite dans des réflexions progressivement moins politiques.

[pic 1]

Hétérodoxe : non libéraux, propose d'autres idées (Keynes, Marx en est proche), macroéconomie.

Orthodoxe : libéraux (classiques, néo-classiques), microéconomie.

En économie il existe deux écoles, deux façon de la concevoir, la microéconomie et la macroéconomie. Concernant la macroéconomie, on raisonne à partir d'une variable globale, comme l'emploie, la croissance, mais dans l'économie entière. Cette vision est partagée par Keynes ou encore Marx. Concernant la microéconomie cette fois, on raisonne à partir d'une stratégie d'acteur, prendre un agent représentatif comme un ménage, une entreprise, et tenter de déterminer son comportement compte tenu d'un certain nombre de contraintes, on estime qu'il suffit de comprendre et d'additionner un comportant individuel pour comprendre tout l'ensemble. Les macro-économistes pense que le «tout» n'est pas divisible et ne peut pas être réduit à cette addition.

Pour les hétérodoxes, les institutions sont un ensemble de règles et croyances qui structurent le fondement d'une économie. Ils pensent que ces institutions doivent être considérées comme jouant un rôle important, il faut les définir et les prendre en compte pour les comprendre. La première grande institution est la monnaie, pour Keynes et Marx le capitalisme résulte d'une économie monétaire de production, et la monnaie joue un rôle important dans l'économie et la production de biens et services. Le déroulement est lui aussi important pour comprendre un ode de fonctionnement d'une économie. A travers l'histoire en effet les méthodes de production, les rapports entre les agents évoluent. Il y a une grande part d'incertitude qui joue dans les économie et cela est irréversible. Les rapports entre agents, les crises économiques peuvent être dû au fonctionnement de l'économie donc endogène. L’État va jouer un rôle et peut intervenir afin de résorbé ces crises

Pour les orthodoxes, plutôt libéraux c'est l'inverse, pour les institutions cela «peut» jouer un rôle, concernant la monnaie elle est rejetée, considérée comme une voile, elle n'a pour eux aucune influence sur la quantité de biens et services produits, elle sert juste à faciliter l'échange, son importance est réduite au minimum. Ils simplifient ces questions et les intègrent à travers une équation mathématique pour raisonner dans le cadre d'un modèle. Le temps n'a pas non plus de considération, ils raisonnent à partir d'un équilibre, quelques soit le contexte. Les rapports entre agents doivent pour eux êtres tous les mêmes, tous égaux, ce qui signifie pas de hiérarchie et donc pas de conflits sociales. Quant aux crises, l’État ne doit pas intervenir, elles sont dû à des causes externes,et une intervention de l’État pourrait même faire empirer la situation.

III- Quelques notions fondamentales en économie politique :

[pic 2]

VP : Valeur de la production, en valeur, vendu sur le marché.

CI : Consommation intermédiaire (matière première)

La valeur ajouté est la richesse produite, la somme des revenus qui pourront être versés. l'autofinancement lui sert à réinvestir dans l'entreprise pour augmenter la capacité de financement et pouvoir espérer d'avantages de dividendes à l'avenir.

(!) Il s'agit d'une idée contemporaine, le tableau lui est d'aujourd'hui.

...

Télécharger :   txt (9.6 Kb)   pdf (52.4 Kb)   docx (573.8 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club