Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Philosophie : la conception de l'être humain

Par   •  16 Novembre 2018  •  1 533 Mots (7 Pages)  •  238 Vues

Page 1 sur 7

...

dirigeant politique et guide spirituel de l’Inde, a fondé un concept de non-violence et a mis en place des manifestations non violentes pour obtenir l’indépendance de son pays. Il est donc constatable qu’il y a tout de même de la bonté naturelle en l’être humain car il fait ses propres choix, plus ou moins bon. Sous de bonnes influences, l’Homme est fondamentalement bon. Cependant, le bien ne se fait pas sans mal, Gandhi s’est fait assassiner par un extrémiste hindouiste, on peut donc constater qu’il y a toujours des conséquences à nos actes.

Néanmoins, Thomas Hobbes dira que « l’homme est un loup pour l’homme ». En effet, les actions dont l’homme est capable peuvent également le mener à sa propre perte. Pour exemple, l’homme participe activement à la pollution de la planète, qui est l’un de nos problèmes majeurs actuellement. Si la planète Terre disparaît, l’homme court à sa perte. De plus, avec la guerre, les hommes politiques mettent en confrontations leur idéologie en entretuant leur différent peuple. Notamment Kim Jong-un, dirigeant actuel Nord-Coréen, a récemment fait des tests nucléaires, avec la bombe H, arme nucléaire de destruction massive la plus puissante, jamais créée par l’homme, destinés à détruire les États-Unis. Le psychanalyste et neurologue Sigmund Freud autrichien pense que l’Homme est naturellement mauvais. « [P]ar une puissance barbare, agressive et immorale qui échappe à sa conscience et qui en fait un être méchant et asocial ». Freud, compare l’homme à un animal, car il répond à ses propres pulsions et désirs inavouables et parfois inconscients. Son analyse des méthodes d’interprétations de toutes les activités humaines, montre que l’homme est égoïste. En effet, pour garantir la protection de ses intérêts personnels, l’homme est capable du pire. D’ailleurs, la possession est l’un des premiers maux de l’être humain. La femme peut mettre au monde un enfant, et l’amour envers celui-ci pourrait, si une situation de danger apparaît, la poussé à le protéger de n’importe quelle manière, voire même ôter la vie. Un autre exemple, et non des moindres, Adolf Hitler, chancelier de l’Allemagne de 1933 à 1945, à exterminer 40% des Juifs du monde pendant la Seconde Guerre mondiale avec la Shoah, soit entre « cinq et six millions de personnes », pour une idéologie raciste, d’une race humaine correspondant à ses désirs. Dirigeant Allemand de l’époque, il a instauré une dictature totalitaire et est le fondateur du parti nazi, menant une action antisémite. Il a réussi à convaincre son parti politique de l’accompagner à mener ces actions meurtrières par la manipulation. En lien avec la soumissions au pouvoir et l’obéissance, l’expérience de Milgram, démontre alors la méchanceté de l’être humain. En effet, des individus ont été soumis à un test dans lequel un homme doit répondre à des questions correctement ou se faire électrocuter, de plus en plus fort, par une autre personne, qu’il ne connaît pas. La plupart des sujets ont exécuter les ordres et on fait souffrir l’autre personne sans vrai raison valable, ni danger.

Pour conclure, de toute évidence, l’homme naît ni mauvais ni bon. C’est ensuite, la sélection naturelle qui favorise le plus fort à dominer le plus faible pour sa survie, de plus, notre éducation et les différences de classes sociales dans lesquels l’Homme est éduqué, forge alors un caractère. C’est ceci qui définit la nature de l’être humain. Par ailleurs, l’être humain est capable de causer sa propre perte comme nous le constatons avec les actualités cruelles notamment avec le conflit entre la Corée du nord et les États-Unis, ainsi que les catastrophes naturelles qui se sont succédées, en partie causée par causé par la pollution, l’ouragan Irma a causé énormément de mort et de dégâts matériels. L’être humain est égoïste comme le montre Sigmund Freud et la manipulation d’autrui est monnaie courante, surtout dans la sphère de la politique comme avec les nazis et Adolf Hitler. L’expérience d’Émile Milgram démontre jusqu’ où est capable d’aller la conscience de l’individu alors qu’il inflige une douleur à autrui. Il est compliqué d’affirmer que l’être humain est bon ou mauvais car il est capable du meilleur comme du pire. La société d’aujourd’hui se repose sur la science qui apporte le confort et cela avec un très faible taux d’utilisation de notre cerveau. L’Homme a su voyager et poser les pieds sur d’autres planètes pour y chercher la vie, comme Mars ou la Lune. Luc Besson avec son film de science-fiction « Lucy » nous donne une idée ce que pourrait être l’être humain s’il était capable d’utiliser son cerveau a cent pour cent, en contrôlant ses émotions. A ce niveau, la conception de l’Homme telle que nous la connaissons, serait-elle différente ?

...

Télécharger :   txt (9.9 Kb)   pdf (51.2 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club