Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Philosophie - La société m'empêche-t-elle d'être moi même ?

Par   •  20 Novembre 2018  •  2 792 Mots (12 Pages)  •  304 Vues

Page 1 sur 12

...

certains codes que quand ils ne sont pas respectés, on en est choqué. Pourtant ce garçon se comporte tel qu’il est, c’est à dire lui-même. C’est assez paradoxal car il est lui-même mais pourtant ce n’est pas comme ça qu’il devrait agir. Comme si la société nous empêchait complètement d’être soi-même par rapport à autrui. Cependant, il parait normal qu’il respecte les bonnes manières pour vivre en communauté, ce qui est le principe même d’une société. Cela montre que les deux ne peuvent être cumulés. La société pose des limites à être soi-même, il y a des attitudes à avoir pour vivre ensembles car si tout le monde se comportait tel qu’il est, le respect et la politesse existeraient-ils toujours ? L’éducation que chacun à reçu pose certes une base mais cela n’empêchera pas que si chacun agit comme il l’entend, ça peut déranger d’autres personnes qui sont différentes et ne cautionnent pas certains comportements. C’est aussi le regard des autres qui entre en jeu. Le fait de vivre ensembles entraîne le jugement d’autrui. Peut importe ce qu’on fait en public il y aura toujours quelqu’un pour le voir et avoir une réaction ou une pensée à propos de cela. C’est un fardeau que la société fait peser sur nous. Si on observe le cas de quelqu’un qui commit un vol par exemple, alors on sait qu’il sera considéré comme un voleur. Comme si le fait de voler quelque chose le définissait lui. Je suis un voleur donc je vol. Alors que pas du tout, ce n’est pas ce qu’il est qui dirige ce qu’il fait. Le regard d’autrui fait souffrir, quelqu’un qui ne s’est jamais fait jugé n’a pas conscience du mal que le regard des autres peut faire alors qu’il donne le sentiment d’être enfermé dans une case.

Avant de poursuivre, arrêtons nous un instant pour éclaircir ce « soi-même » dont on parle depuis quelques instants. Qu’est ce qu’être soi-même ? C’est assumer ses propres choix, c’est se définir en tant que personne libre aillant ses propres opinions et désirs, c’est assumé la personnalité qu’on s’est construite. On ne peut pas être soi-même si on s’empêche quoi que ce soit, si on se refuse à penser telle ou telle chose, si on va à l’encontre de nos désirs.

Nous avons dis précédemment que la société pouvait nous empêcher d’être nous-même mais n’y a-t-il pas des avantages de la société qui contribuent à devenir ce qu’on est vraiment ? Nous naissons dans une société, on est obligé de passer à travers elle pour se construire donc pour devenir soi-même. C’est impossible de passer outre et de faire comme si elle n’existait pas. Quand nous sommes enfants, nos parents nous enseignent des bases, c’est grâce à eux qu’on peut commencer à se construire. Exemple tout simple, pendant l’enfance, on découvre des couleurs, des aliments, des activités et on sait si on aime ou non. Nous ne sommes pas contraints à aimer telle ou telle chose, on l’aime ou non car on est comme ça, nous avons l’entier contrôle sur nos goûts. C’est un début à notre construction personnelle de ce « soi-même ». Ces bases de la société nous sont incontournables, l’Homme à évolué dans la société et serait incapable de tout oublier. Si on mettait quelqu’un de notre époque sur une île déserte, ses réflexes de survie seraient de faire un feu, de se construire une cabane, de fabriquer une lance pour pêcher et se nourrir. Ce sont des choses que l’on a apprit dans la société et dont on ne peut se débarrasser. C’est impossible d’oublier ça, il faudrait que quelqu’un qui n’ait aucune connaissance de la société, qui ait toujours été isolé, pour qu’il puisse découvrir lui même ces techniques de survie et encore, ça lui prendrait des années avant que ça ne lui vienne à l’idée. L’Homme est inséparable à cette société. Il a acquit des éléments incontournables dans son devenir de soi, il à besoin de toutes ces bases pour évoluer. C’est ensuite avec ce qu’il vivra qu’il se construira lui-même. Les personnes qui nous entourent tout au long de notre vie sont aussi importants car ils nous aident à établir nos limites. En voyant ce que les autres font, on sait si on est capable ou non de faire la même chose, on prend connaissance de nous même, des attitudes ou propos qui peuvent nous heurter, nous blesser, auxquels on peut refuser d’être confronté. Établir nos limites est important, ça nous aide à nous affirmer, à prendre de l’estime de soi, à construire des relations. Sans la société on ne pourrait pas les établir ces limites, on aurait rien à quoi se référer pour juger ce qu’on est capable d’endurer.

La société aide aussi à s’affirmer, à cause du jugement des autres qui peut être négatif, on peut essayer de passer au dessus et d’ignorer ce jugement, ce qui nous endurcit mais qui à la fois nous libère et nous bloque plus. Avec la peur du jugement on peut se cacher par peur d’être rejeté, mais en l’ignorant on s’assume et on reste nous-même sans prendre en compte ces critiques. Par exemple, un sujet influent en ce moment dans la société qui est la cause LGBT peut aider les personnes qui n’osent pas se montrer à s’affirmer et se montrer tels qu’ils le sont. Le fait que la société en parle, fait que le monde en prend connaissance et les personnes concernées osent beaucoup plus se montrer que de rester cacher comme si c’était un sujet tabou. La société contribue à l’ouverture d’esprit, elle fait sans cesse découvrir de nouvelles choses pour que tout le monde se reconnaisse quelque part et que personne ne se sente exclu ou anormal. Le langage et la culture sont aussi essentiels à la société. L’Homme grâce à la société, peut accéder à une conscience morale, ce qui lui permettra de juger ce qui est bien ou ce qui est mal. Selon Aristote, l’Homme est un animal politique. Il peut décider ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Comparé aux animaux, il est le seul à avoir ce sentiment de notions morales. Ce sont ces notions morales qui nous font évoluer et devenir ce que nous sommes. Sans la société nous n’aurions pas ce langage donc pas de réflexion. C’est grâce à elle que nous pouvons diriger notre pensée, la société nous l’a appris car nous ne pouvions pas le faire seuls, ce n’est pas une faculté innée chez l’Homme. La sociabilisation est indispensable car elle fait que nous avons une conscience. A l’inverse, la solitude par exemple avec le naufrage de Robinson Crusoé lui a fait perdre toutes notions, il ne savait plus rien, ne reconnaissait rien, il avait perdu tout repères et a oublié les choses qu’il savait. Si on retire la société, on sera plongé dans un esprit animal comme le dit Durkheim. En étant seul, on ne peut dépasser le

...

Télécharger :   txt (16.5 Kb)   pdf (53.5 Kb)   docx (16 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club