Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Pourquoi le gwo ka est devenu aussi important dans la culture Guadeloupéenne?

Par   •  10 Octobre 2018  •  733 Mots (3 Pages)  •  296 Vues

Page 1 sur 3

...

-Menndé est né de la fête des esprits ( la Toussaint). Il a évolué et est devenu un son de carnaval.

On distingue : -le menndé court: 2 graves+ 1aigu+2 graves

-le menndé long: 2 graves+1 aigu+2 aigus+1 grave + 2 aigus

-Graj :

C'est le même son que pour que pour le toumblak, sauf qu'il est joué plus lentement et que les sons sont plus accentués.

C'est un rythme qui se joue sur des paroles très profondes qui se rapportent à la mort ou des propos visant à marquer les esprits.

Trois instruments sont nécessaires pour jouer un bon rythme de gwo ka : -le boula qui est le plus gros tambour, -le marqueur qui est le plus petit tambour, -les maracas, et les chanteurs.

Signification des rythmes :

- Le toumblak est une danse de l'amour avec ses postures suggestives. Se rapprochant du « calenda », il rappelle les danses de la fertilité en Afrique.

Le toumblak devient toumblakchiré quand le rythme s'accélère jusqu'à l'envoûtement.

- Le graj est une danse de travail dont les mouvements évoquent les différentes phases de la fabrication de la farine de manioc.

- Le woulé est une sorte de valse piquée appelée aussi ballon. Il était autrefois dansé avec un foulard.

- Le menndé est à la fois un rythme et une danse de carnaval. Il

symbolise l'évasion collective. Ce rythme incite à la marche et au défilé.

- Le léwòz est sans doute le rythme le plus complexe et difficile à exécuter. C'est aussi une danse d'incantation probablement désacralisée et provenant des sociétés secrètes à l'origine des révoltes au XVIIIème siècle.

L'origine de son nom est aussi énigmatique que celle du « Ka » ou du gwo ka.

Une variété du léwòz traditionnel « indestwas » dénommé alors « léwôz jabren » est plus récemment apparu avec de « gran jouwè » comme Carnot, Baguy et Conquet.

- Le granjanbèl ou padjanbèl est un rythme et une danse de travail qui rappelle les mouvements saccadés des esclaves des plantations.

- Le kaladja est une danse du chagrin d'amour ou autre événement triste

...

Télécharger :   txt (4.5 Kb)   pdf (45.4 Kb)   docx (13.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club