Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Dominations étrangères, régimes autoritaires : le Moyen-Orient entre revendications et émancipations (1924-1939)

Par   •  26 Novembre 2018  •  8 153 Mots (33 Pages)  •  189 Vues

Page 1 sur 33

...

français.

En 1920, le général Gouraud proclame le premier acte politique qui proclame le Grand Liban. Grand Liban

séparé de la Syrie, réclamé par les Maronites. Pour les nationalistes syriens de Damas, cela suscite leur

colère et ils n’auront de cesse de réclamer une Grande Syrie qui inclurait le Liban.

Cet équilibre confessionnel va amener des difficultés plus tard, et puissance mandataire française qui n’a pas

l’air pressé d’amener le Liban vers l’indépendance alors que c’est son mandat. (sa mission)

b. La Syrie en révoltes

Les résistances syriennes sont immédiates, non seulement car il faut mettre à mal l’armée de Fayçal, qui a

proclamé en mars 1920 son royaume à Damas. Le projet n’aboutit pas puisqu’en juillet 1920, l’armée

française le défait.

Page 3! sur !16

L’armée française va mettre 2 ans à véritablement pacifier le territoire syrien : installation mandataire longue

et compliquée pour les Français. Gouraud fait le choix d’organiser le territoire en 1922 et les difficultés à

maitriser véritablement ce territoire oblige les autorités françaises successives à modifier la structure

territoriale, en imaginant que cela simplifiera leur mode de régulation.

Les nationalistes syriens, dès l’origine, entendent mettre dehors cette puissance tutélaire et vont s’organiser

très tôt pour tenter d’y parvenir. D’abord, ils s’organisent depuis l’étranger puisqu’en août 1921 est créé un

Comité Syro-palestinien, fondé à Genève qui recrute parmi des nationalistes arabes syriens et palestiniens. Il

va recruter des figures assez importantes et influentes du nationalisme arabe notamment Rachid Rida.

Rachid Rida : dirige une revue importante (Al-Manar, Le Phare) et diffuse les idées du nationalisme arabe.

Autre figure : Shakib Arslan.

C’est un Comité qui va rapidement perdre sa composante palestinienne : rupture rapide et les nationalistes

arabes palestiniens vont partir, considérant que le Comité n’est pas assez ferme sur la question de la

colonisation juive en Palestine. Le Comité (syrien à partir de là) va continuer à exister et essayer d’exercer

une forme de pression auprès de la SDN.

Il y a aussi des organisations nationalistes à l’intérieur du pays, qui sont clandestines, car interdites par

l’occupant mandataire. Fondation en 1922 à Damas d’un organisme qui s’appelle la Société de la main de

fer, dirigée par Michel Lutfallah.

Michel Lutfallah : il était pendant la Première guerre mondiale l’ambassadeur du chérif Hussein auprès des

Anglais en Egypte. C’est quelqu’un qui a une expérience politique et diplomatique.

M. Lutfallah est vite arrêté par les Français, ce qui provoque des manifestations de rue et émeutes à Damas.

Il subit l’exil jusqu’en 1924, date à laquelle il revient en Syrie et fonde en 1925 le Parti du Peuple, qui va

organiser des manifestations de masse en faveur de l’unité de la Syrie (incluant au moins le Liban) et pour

les libertés individuelles.

Début 1925 va constituer le début d’un séquence de 2 ans de grands troubles, désordres civils et militaires

que l’on va appelé la Révolte Druze. (1925-1927, plus grand mouvement social du Moyen-Orient pour la

période)

-En janvier 1925, Weygand haut commissaire qui a dirigé les mandats avec fermeté (politique répressive, de

censure, d’interdiction de circuler, de se réunir…), se trouve remplacé par Sarrail. Il arrive et accepte le

principe d’organiser des élections mais refuse l’unité de la Syrie.

-En juillet 1925, une délégation de grandes familles de notables de la montagne Druze viennent protester

pour un certains nombre de faits (notamment à cause de la pression fiscale) auprès de Sarrail. Ce dernier

répond à cette initiative en les faisant emprisonner.

-C’est le début le 19 juillet 1925 d’un mouvement insurrectionnel dans la montagne Druze : guérilla qui va

durer plusieurs mois et va nécessiter pour les troupes françaises l’envoi de renfort. Guérilla dirigé par un

personne qui s’appelle Sultan al-Atrach. Cette révolte va commencer à s’étendre dans d’autres espaces du

territoire syrien, notamment dans une oasis à l’Ouest de Damas : la Ghuta. Depuis cette oasis, des raids sont

organisés et lancés vers Damas. La maitrise du territoire par les français est directement menacé par cette

situation et Sarrail y répond de manière radicale puisqu’il fait bombardé Damas.

Damas finit par être intégralement reprise et maitrisée par les français, en revanche Sarrail n’arrive pas à

mettre un terme au désordre dans la Ghuta, ce qui fait qu’il finit par être rappelé. (chercher date) Il est

remplacé par un autre haut commissaire, Henry de Jouvenel, avec pour mission de tenter de rétablir un

semblant d’ordre sur l’espace syrien. Il promet des élections à son arrivée et désigne un nouveau chef du

Page 4! sur !16

gouvernement

...

Télécharger :   txt (57.2 Kb)   pdf (115 Kb)   docx (48 Kb)  
Voir 32 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club