Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'expérience combattante durant la première et la seconde guerre mondiale

Par   •  18 Octobre 2017  •  2 860 Mots (12 Pages)  •  117 Vues

Page 1 sur 12

...

Durant les deux guerres mondiales, les civils ont été touchés plus largement par les combats. En ce qui concerne la première guerre mondiale, le fait de cibler les civils était un moyen pour l’adversaire de désorganiser la production d’armes mais aussi de démoraliser les civils en espérant une révolte pour qu’ils demandent la paix à leur pays. Les populations ont aussi dû endurer le blocus de l’Allemagne, mis en place par le Royaume-Uni et la France, contre les empire centraux. Les populations allemande, autrichienne et hongroise ont souffert du manque de ravitaillement. Ceci a engendré une révolte des civils en Allemagne. Cependant, les moment de plus grande violence contre les civils sont ceux de l’occupation d’un territoire par une armée étrangère. En effet, cette dernière veut s’imposer dans la région occupée mais redoute beaucoup les francs-tireurs ou encore la résistance des civils. Ainsi, notamment en Serbie, en Allemagne, ou encore en Russie, de nombreux villages ont été incendiés et des civils déportés. De plus, en Belgique et en Serbie, de nombreux civils ont été forcés de travailler pour les Allemands. Les citoyens ont aussi été touchés par les bombardements, même s’ils sont encore peu nombreux durant la première guerre mondiale et ont surtout une valeur symbolique et psychologique, comme le bombardement de la cathédrale de Reims en 1914. Enfin, les gouvernements s’attaquent à l’ennemi intérieur. En effet, ils considèrent que certains citoyens de leur propre pays peuvent être une menace. Les ressortissants des pays adverses furent alors emprisonnés. Les gouvernements luttent aussi contre les catégories de la populations qui sont suspectées d’être proche de l’adversaire. Par exemple, le gouvernement Turc s’en est pris au peuple arménien , accusé d’être proche de la Russie. Cela a engendré le génocide arménien entre 1915 et 1916.

Les civils ont également beaucoup souffert lors de la seconde guerre mondiale. En effet, lorsqu’une armée ennemi arrivaient dans une ville ou village, les citoyens subissaient de grandes violences. Ce fut notamment le cas à Nankin en 1937. L’armée japonaise, après des combats acharnés, prend la ville de Nankin et commet alors de très nombreux méfaits pendant deux mois. Les meurtres et les viols durant cette période sont estimés à plus de 1000 par jour. On parlera plus tard du sac de Nankin. Toujours en Asie, des “stations de réconfort” étaient mises en places pour les soldats japonais, où des chinoises et des coréennes étaient obligées de se prostituer. Cependant, les civils furent aussi largement touchés en Europe, notamment lors des bombardements, beaucoup plus nombreux lors de la seconde guerre mondiale. L’Allemagne a bombardé le Royaume-Uni en masse, lors des “Blitz” dans le but de démoraliser les Anglais. Les alliés, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont bombardé la France et l’Allemagne afin de préparer le débarquement. Le Havre et Brest ont alors été complètement détruits. Les alliés ont aussi complètement détruit la ville de Dresde en Allemagne à cause des bombardements en 1945. De plus, durant la première guerre mondiale, la population arménienne a connu un génocide, de même que les populations juifs et tziganes durant la seconde guerre mondiale. Les civils ont donc été largement ciblés pendant les deux guerres mondiales.

Les citoyens ont également été touchés par les combats car ils y prenaient part, par le biais de la résistance. En effet, certains civils, voulant lutter contre l’invasion nazie en Europe, ont décidés de prendre les armes et de se battre contre les allemands. Cette résistance s’officialise le 18 juin 1940 lors de l’appel du général De Gaulle. Cependant, les groupes de résistants se cachaient des allemands mais aussi des citoyens des villes qui pouvaient potentiellement les dénoncer à la police allemande. Des camps de résistants sont alors apparus dans des maquis. Les allemands menaient une répression virulente contre ces résistants. En effet, il y eut de nombreuses exécutions d’otages, fusillés ou pendus en public, afin de décourager les citoyens de s’engager dans la résistance. Par exemple, 99 personnes furent pendus, le village d’Oradour-sur-Glane fut incendié et 642 habitants furent tué et un massacre eut lieu dans le village de Maillé. L’expérience combattante concerne donc de plus en plus de civils à cause de leur mobilisation contrainte afin de travailler pour l’ennemi, à cause du fait qu’ils soient de plus en plus ciblés lors des combats et du fait qu’ils combattent eux-mêmes lors des actes de résistance. Enfin, l’expérience des combattants diverge du fait qu’elle était parfois contrainte et parfois consentie.

En effet, en fonction des raisons de combattre, de la banalisation de la violence qui a suivi la première guerre mondiale et du poste occupé par le combattant, l’expérience combattante de tous les belligérants n’est pas identique et elle a pu être contrainte mais parfois aussi, consentie. Tout d’abord, même si l’expérience combattante à pu être contrainte, les soldats avaient de nombreuses raisons de tenir. Premièrement, la camaraderie unissant les soldats, la volonté de s’entraider, de ne pas abandonner les camarades à eu beaucoup de bienfaits sur ce point. Ensuite la contrainte a parfois encouragé les soldats à tenir. En effet, les soldats qui refusaient de se combattre étaient fusillés. Il y eut 650 fusillés lors de la première guerre mondiale. La pression de l’arrière encourageait également les soldats. En effet, les combattants ne voulaient pas abandonner sous peine de déchoir et de décevoir leurs familles. Enfin, le patriotisme, largement moins majoritaire, a pu également être une motivation pour les soldats qui voulaient protéger la France d’une attaque.

A la suite de la première guerre mondiale, il y eut une banalisation de la violence, notamment en Allemagne et en Italie. En France, il n’y a pas eu cela. Cette banalisation a alors donné le goût de la guerre aux nouvelles générations, ce qui a entraîné une vague importante de volontaires lors de la seconde guerre mondiale, surtout en Allemagne et en Italie. En effet, lors de la première guerre mondiale, Hitler, Mussolini, les SA et les fasci ont été fasciné par la guerre qui, selon eux, révéleraient les valeurs des hommes et la puissance d’un peuple. Ils vont reproduire cela au gouvernement grâce aux régimes totalitaires. Les civils ont aussi été brutalisés à la fin de la première guerre mondiale. En effet, en Allemagne notamment, la guerre étaient présentée comme un jeu, ce qui peut expliquer la suite de l’histoire. La seconde guerre mondiale a vu une suite dans cette banalisation de la guerre.

...

Télécharger :   txt (18.5 Kb)   pdf (113.9 Kb)   docx (15 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club