Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Berlin, un symbole de la seconde guerre mondiale

Par   •  2 Octobre 2017  •  2 521 Mots (11 Pages)  •  132 Vues

Page 1 sur 11

...

-Construction du mur de Berlin (1961-1989): En 1953, plusieurs manifestations ouvrières ce sont déclenché contre le régime communiste. Le mur a été construit par les soviétique dans la nuit du 12 au 13 Août pour enrayer le mécanisme d'exode entre Berlin Ouest et Berlin Est (depuis 1949, environ 3 millions d’Allemands ont quitté la RDA). Le mur est désigné par les soviétique comme le « mur de protection antifasciste ». La construction du mur ce fait dans une logique anti-migratoire de nature économique et idéologique. Le mur fut renforcé progressivement avec des barbelés mais aussi par des murs de brique avec des barbelés en 1961. En 1962 le mur s'étend sur 15 km de long avec des barricades qui sont érigées sur 130 km, 165 miradors et 232 blockhaus surveillent les frontières. En 1976 ce mur 3,6 m de haut est précédé d'une zone large de 40 m à 1,5 km, ce qui fait que les allemands de l'est ne pourront pas approcher le mur. En 1989 les autorités préparent le mur high-tech en intégrant un système de surveillance électronique. Le « mur de la honte », (nom donné par les occidentaux qui est pour eux le symbole de « l’échec du communisme », qui doit construire un mur pour empêcher son peuple de fuir), tombera le 9 novembre 1989 (30ans), annonçant la chute du communisme en Europe et l'effondrement de l'URSS. Plus de cinq cent personnes furent tuées en essayant de le franchir.

-Discours de Kennedy 1963: Le 26 juin 1963 Kennedy est le premier président américain qui pose le pied dans l'ancienne capitale du Reich depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Durant sa courte visite, il prononce une phrase en allemand « Ich bin ein Berliner » (je suis un berlinois). Prononcée à la frontière entre les blocs de l'est et de l'ouest en pleine guerre froide.

- Dénouement et les conséquences

Le dénouement de la Guerre Froide est dû à plusieurs événements. Avec la Détente, les relations s'améliorent entre les deux États qui se reconnaissent mutuellement en 1972 par l’Ostpolitik (terme désignant la nouvelle politique étrangère de Willy Brandt, chancelier de l'Allemagne de l'Ouest afin de mettre en place une politique de rapprochement et de détente entre l'Allemagne de l'Ouest, l'Union des républiques soviétiques et ses alliés du Pacte de Varsovie. Reconnaissance mutuelle de la RFA et de la RDA amorçant un début d'amélioration des relations.). En effet la chute du mur de Berlin est un pilier de la fin de cette guerre mais il y a aussi la libéralisation de l'URSS qui, lui, a été entraîné pas la dissolution du Pacte de Varsovie. Le pacte de Varsovie regroupait les pays d'Europe centrale avec l'URSS dans un vaste ensemble économique, politique et militaire, l'alliance fut conclue le 14 mai 1955 et prend fin le 1er juin 1991. Enfin en décembre 1989, après avoir rencontré Gorbatchev à Malte, George Bush, président des États-Unis, annonce la fin de la guerre froide et de la bipolarisation du monde.

Après la Guerre Froide de nombreuses répercussions sont visibles sur le plan politique économique et militaire comme l'explosion de l'URSS qui donne la « renaissance » et l'indépendance des 11 ex-républiques socialistes soviétiques de l'Est (faisant anciennement parti de l'URSS) fondent la Communauté des États indépendants (CEI). Mais la Guerre froide qui avait séparé l'Allemagne en plusieurs parties aboutit par sa réunification en 1990.

CONCLUSION

L'Allemagne est donc au cœur du conflit Est-Ouest durant toute la période considérée. Elle est dès 1948 le lieu principal de leurs affrontements interposés, le premier pays coupé en deux camps, chacun devenant le symbole de leur lutte idéologique. La en RFA a permis un certain apaisement des relations, mais c'est bien la chute de l'URSS qui permet la réunification en 1990 après quarante-cinq ans de partition. Berlin est bien le symbole de la guerre froide. La division entre les deux blocs disparaît en même temps que le mur de Berlin. Berlin voit la Guerre froide naître, se matérialiser, parfois s’envenimer, parfois se détendre et au final se terminer.

Images utiles pour l’exposé :

- CARTE EUROPE en 1949 avec la ligne de séparation

- La conférence de Yalta, avec les représentants des trois pays vainqueurs.

- La conférence de Postdam avec les représentants des trois pays vainqueurs.

- Approvisionnement du Blocs de l’Ouest, ou les familles attendent avec impatience les avions.

- Carte pour représenter le blocus de Berlin avec ses 3 voies de communication.

- « Hourrah », fin du blocus

- Le mur de Berlin avec son couloir ou il sépare Berlin Ouest et Est.

- Dernier soldats arrivant à Berlin-ouest avant la construction du mur.

- Ancien drapeau de l’Allemagne lors de son occupation par les Américains, français, les britanniques et les soviétiques

- Cartes affichant les alliances militaires pendant la Guerre froide dans le monde

- Discours de Kennedy, avec cette fameuse phrase: « Ich bin ein Berliner »

- Chute du mur de Berlin

C’est pourquoi les communistes au pouvoir en RDA construisent en 1961 le mur de Berlin pour empêcher leur population de fuir vers la partie occidentale de : le « MUR DE LA HONTE ». Sur la photographie ci-contre on peut voir le dispositif mis en place. Il se lit du fond vers le premier plan. Berlin-Est est au fond à gauche, Berlin-Ouest commence au pied du mur du côté de la face peinte. Les fenêtres des immeubles voisins de la zone du mur ont été murées afin d'empêcher les gens de communiquer avec l'Ouest. Les immeubles ont été évacués de leurs habitants pour éviter la construction de tunnel d'évasion. On devine une palissade de planches destinées à couper la vue et gêner les communications visuelles mais aussi la prise de photographies. Aux pieds de cette palissade ont été installées des plaques en métal hérissées de pointes acérées (appelées par ironie le « gazon de Staline »). Suivent une zone découverte minée, un dispositif formé de rails entrecroisés (les chevaux de frise) pour interdire le passage en force de véhicules automobiles. Une route

...

Télécharger :   txt (16 Kb)   pdf (108.8 Kb)   docx (16.3 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club