Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Rembrandt, Autoportraits.

Par   •  23 Mai 2018  •  2 697 Mots (11 Pages)  •  642 Vues

Page 1 sur 11

...

de cette peinture sont :

L’utilisation de couleurs chaudes.

Les contrastes de lumière

L’impression de mouvement donnée par les gestes des personnages et les drapés

Des lignes de force en diagonale

Des personnages communiquant par le regard

Des personnages très expressifs.

•On peut citer : L’Adoration de Pierre Paul Rubens, Adoration des Mages de Diego Vélasquez,1619 (Musée du Prado, Madrid)

Les Techniques :

• Le clair-obscur : permet de produire sur le plan de l’image des effets de relief par la reproduction des effets de l’ombre et de la lumière sur les volumes perceptibles dans l’espace réel

Rembrandt joue avec talent des contrastes qu’il pose entre les parties éclairées et obscures de ses tableaux

Procède par superpositions de couches de glacis (tons de terre) : voile de couleur transparente posé en fin de travail et destiné à faire vibrer les couleurs.

• Facture Visible : montre ses imperfections et ses rides dans la peinture et en lui-même

Qu’a-t-on surtout retenu du style rembranesque ?

• Clair-obscur

• les tonalités brunes et terreuses

• les empâtements d’une touche visible et grasse

Ses thèmes principaux :

• Scènes Bibliques et historique

• Scènes de vie quotidienne

• Scènes populaires

• Autoportraits

• Peu de paysages et de thèmes mythologique

Autoportraits :

Autoportrait en Saint Paul :

• 1661

• Huile sur toile, 91 x77 cm

• Het Rijksmuseum Amsterdam

• Autoportrait : Représentation d’un artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par l’artiste lui-même.

La notion d’autoportrait appârait au XIXème siècle car à partir de la fin du XVIIIème siècle, l’individualité s’affirme davantage, l’intérêt pour l’espérience personnelle, la psychologie s’affirment également. C’est de là que naît l’homme romantique avec ses sentimentq, sa personnalité, son expérience et on expérience personelle.

• Rembrandt a effectué cet autoportrait alors qu’il était âgé de 55 ans. Sur la gauche, à côté de son épaule, il a inscrit son nom, ainsi que l’année au cours de laquelle il a peint le portrait, 1661. Au total, Rembrandt s’est représenté environ 80 fois, dans des peintures, des gravures et des dessins → Aucun peintre n’a fait aussi souvent son propre portrait.

• A quoi le maître s’est-il livré en se représentant une centaine de fois, à tous les âges et dans tous les accoutrements ? Pourquoi Rembrandt s’est-il si souvent représenté, avec une régularité que l’on pourrait qualifier d’obsessionnelle ?

Un besoin de narcissisme, une volonté d’introspection. Pas si sûr. Il est significatif qu’à ses débuts Rembrandt se représente parmi les protagonistes de tableaux d’histoire ou de scènes bibliques. 

Peut-être Rembrandt s’est-il pris comme modèle pour des raisons simplement pratiques ou économiques. Peut-on pour autant parler d’autoportrait ?

•Il a utilisé la plupart de ces portraits comme matériaux d’étude → se soumettant à une autoanalyse pénétrante : pour étudier une expression du visage ou tester des contrastes entre le clair et le foncé → Rembrandt modèle de ses autoportraits afin de résoudre les problèmes d’éclairage et de clair-obscur. → Il est certain que Rembrandt avait observé son visage de très près dans le miroir.

• Il se servait parfois de son image pour représenter quelqu’un d’autre → Si Rembrandt, modèle, assume des rôles si divers, c’est qu’il lui faut prouver qu’il est en mesure de tout peindre. D’emblée, il est sûr que la peinture est l’un des moyens les plus puissants qui soit pour révéler l’essence même de toute chose, plus encore pour l’éprouver quand bien même celle-ci resterait une énigme indéchiffrable. →

• C’est ici le cas. Il se représente sous les traits d’une figure biblique, l’apôtre Paul → Ne faut pas croire que la série des autoportraits de Rembrandt « raconte » la vie qui est sienne. → Aucun d’eux « n’illustre » quelque moment que ce soit. Si telle ou telle toile est en relation avec un événement, il revient à la peinture de le conjurer.

Paul

• Paul a vécu au 1er siècle après J.C. Il est né à Tarsus, dans l’ancienne Turquie, de parents juifs. Le turban permet à Rembrandt de suggérer ses origines orientales. A l’origine, Paul poursuivait les chrétiens de manière fanatique. L’intervention divine lui permit de se convertir. Il se mit alors à répandre sa foi dans les pays de la mer Méditerranée. Il a fondé de nombreuses paroisses auxquelles il écrivait en permanence. Il tient un certain nombre de ces lettres dans sa main. Sur la lettre du dessus, les lettres « EFESIS » sont, difficilement, lisibles.

Clair et foncé

• Rembrandt se représente dans un environnement sombre. Sa tête est éclairée comme si un projecteur situé dans le coin supérieur gauche était braqué sur lui, l’air méditatif → Il semble absorbé dans une sorte de contemplation dans ses pensées, mais Rembrandt choisit car même de fixer le spectateur. Rembrandt ne manquait pas de s’éclairer artificiellement devant le miroir pour capter les moindres effets de lumière ainsi les ombres profondes qui couvrent son visage révèlent à peine ses traits, au profit de l’intensité de son regard.

Un objet brillant est visible au niveau de son manteau, cet objet est précisément éclairé par quelques rayons lumineux. Il s’agit de la garde d’une épée. Au niveau de l’arrière-plan gris-vert, Rembrandt a appliqué partout de minuscules touches et des points et des taches rosâtres. Dans ses autres

...

Télécharger :   txt (18.1 Kb)   pdf (64.5 Kb)   docx (578.7 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club