Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Quelles sont les incidences technologiques et techniques dans la création ?

Par   •  7 Décembre 2018  •  1 626 Mots (7 Pages)  •  298 Vues

Page 1 sur 7

...

Cette robe animée propose un nouveau rapport avec l’utilisateur. Elle lui offre la possibilité de participer à sa création en variant l’éclairage.

La particularité de la robe réside aussi dans l'association du tissu aux technologies d’éclairage. En effet, on part d’un tissu simple et d’une forme archétypale, pour ensuite l’équiper d’innovations technologiques. La robe devient alors complexe. L’intérêt n’est donc pas formel, puisque nous sommes confrontés à une robe de coupe droite, simple, basique; mais l’intérêt est technologique. De plus, les bras de la photo nous aide à comprendre que c’est un vêtement et non pas une lampe.

On peut d’ailleurs faire un lien avec les costumes de ballet de danse de Preljocaj qui utilise la fibre optique pour animer les vêtements. La mise en lumière des vêtements est très présente dans les ballets de danse contemporaine.

D’autre part, le tissu en fibre synthétique est également utilisé dans le domaine sportif. Il possède des propriétés d’absorption d’humidité. Cette robe pourrait convenir par exemple aux gilets pour les cyclistes en remplaçant les bandes réfléchissant. Cependant, cette robe à l’inconvénient de ne pas pouvoir se laver, puisqu’elle à la particularité d’être colorée, et non teinte.

Enfin, Hussein Chalayan caractérise sa robe de Robe lumineuse d’une création expérimentale. Sa démarche vise à expérimenter les différentes combinaisons technologiques. Il affronte et confronte les technologies. Expérimentale signifie que le résultat final est incertain. Cependant, cela permet de faire de nouvelles découvertes créatives.

Il serait intéressant de faire le lien avec la démarche expérimentale de Simon Hantaï à travers son œuvre Tabula.

De nombreux artistes et créateur se réfèrent à un modèle technique traditionnel. Seulement, leur démarche consiste à ré exploiter cette technique pour lui apporter un sens et une toute autre création. Simon Hantaï utilise les techniques de pliage, de séchage et de torsion déjà existants. Il maitrise donc la technique. L'originalité de son œuvre réside dans la démarche expérimentale qu’il adopte. En effet, la toile sur laquelle il travail n’est plus un support mais devient un matériau de création. On ne crée plus sur la toile mais aussi avec la toile, et cette toile est immense à coté du corps humain.

La complexité du résultat obtenu provient de l'enchaînement successif des techniques dans un ordre établi puis qui se répète. Par exemple on aura : nouer/ficeler/sécher puis déplier/dénouer et cela répéter sur plusieurs toiles. On a l’impression d’un aléatoire maitrisé qui rend l’œuvre unique. Les mouvements sont les mêmes, les motifs se ressemble mais ne sont jamais les mêmes.

En ce qui concerne la technique de pliages, on peut établir un lien avec les techniques ancestrales Japonaises avec l’Origami mais aussi le Furoshiki qui est l’art d’emballer. En stylisme, c’est Issey Miyake qui travaille sur le pli du vêtement. Son pli devient infroissable dans sa collection Pleats Please.

Enfin, même si les technologies sont toujours plus performante, certains troublent les usagers grâce à l’informatique et au 3D. C’est le cas d’Ora-Ïto qui modélisa en 1999 le sac Back-up pour Louis Vuitton.

Ce sac montre l’évolution de la 3D, l’esthétique change et décolle de la conception. Ce n’est qu’une belle image, un sac modélisé mais impossible à porter. Il semble rigide, et extrêmement lisse. Les bretelles ne sont pas assez souples et larges et ne présentent pas de sangles pour qu’un client puisse le porter sur son dos.

Cependant, certains y ont cru, et beaucoup de clients on commandé ce sac Louis Vuitton qui n’était en faite qu’un produit modélisé. En effet, nous retrouvons toutes les caractéristiques formelle propre à la marque Louis Vuitton, telles que le monogramme LV, l’effet cuir et le célèbre gris Trianon.

Ainsi, nous pouvons dire que l’apport technologique tout comme l’apport technique ont de nombreuses incidences au sein de la création. Ils peuvent modifier les caractéristiques d’une matière ou d’un matériau. Ainsi, le bois par la technique du cintrage va pouvoir se courber.

On peut de même jouer sur l'accumulation et la combinaison de technologies entre elles pour créer de nouveaux concepts. D’autre part nous pouvons avoir recourt à des techniques traditionnelles, les ré exploiter librement comme le propose Hantaï. Ora Ïto créer grâce aux nouvelles technologies un monde virtuel qui n'a pas de frontières et propose ainsi des objets qui font le tour de la planète. Du coup, ses objets et ses espaces sont fluides, circulaires, organiques et futuristes. Inspirés de la nature et réalisés grâce aux technologies de pointe, aux nouvelles matières et aux ingénieurs.

Si nous vivons dans une société où tout évolue et où tout bouge sans cesse, il serait intéressant de nous demander : Au sein de la création, pouvons-nous nous passer des techniques traditionnelles de fabrication ?

...

Télécharger :   txt (10.7 Kb)   pdf (53.8 Kb)   docx (15.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club