Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le jeu de l'amour et du hasard, Marivaux.

Par   •  22 Mai 2018  •  1 225 Mots (5 Pages)  •  454 Vues

Page 1 sur 5

...

de pensée ( ex : « ce superflu-là sera mon nécessaire » : annonce sa volonté de séduire le pseudo Dorante) ; « de quoi votre cœur s’avise-t-il de n’être fait comme celui de personne ? »

Langage moins soutenu que sa maîtresse : vocabulaire familier (« oui-da », « ma foi », « pardi », « vertuchoux », …) l.13 + traits d’esprits, ironie ; indique la capacité de Lisette à pouvoir endosser le rôle de sa maîtresse

Raisonnement fondée sur le grossissement du trait et l’opinion commune (le « on dit »)

c. Le personnage de Silvia

Elle s’inquiète pour sa avenir, elle à peur de cette engagement « Que sais-je ? Peut-être ne me conviendra-t-il point, et cela m’inquiète. »

« Je ne m’ennuie pas d’être fille », elle revendique une forme d’indépendance.

Revendication personnelle, elle veut choisir par elle-même : on a un paradoxe « il est bel homme dit-on est c’est presque tant pis ».

« c’est un on dit » « je pourrais bien n’être pas de ce sentiment-là moi », elle affirme sa personnalité. Elle oppose les « on dit » qui est l’opinion commune à des maximes : « volontiers un bel homme est fat ( vaniteux ) ».

Elle préfère la beauté morale que la beauté physique. Elle est sur la défensive.

II. Comment ce début séduit-il et capte l’attention

a. intérêt de l’intrigue lié au dynamisme de l’échange

Enchaînement rapide des répliques sous forme de question réponse. Caractéristique du théâtre de Marivaux, reprise de mot et d’expression comme « délicieuse » l7/8, « tant pis » l19/20, « pensée » l20/22 « superflu » l28/29, cela provoque une fluidité dans le dialogue, on a une impression de naturel.

On a une opposition des deux jeunes femmes qui argumentent chacune leur pdv. Lorsque l’une expose un argument, l’autre s’en sert pour la contredire par exemple Lisette reprend le mot fat utilisé par Silvia pour la contredire « il a tort d’être fat mais il a raison d’être beau », on a une virtuosité du langage, un jeu du langage. = antithèse

On remarque également un renversement subtil et humoristique de l’argument opposé :

l20/22 « une pensée bien hétéroclite » / « une pensée de très bon sens »

Tout cela montre bien les différents opinions des deux femmes.

Reprise d’un trait constitutif de la commedia dell’arte où les acteurs devaient improvise à partir du discours de l’autre personnage

b. les différents registres

On a un éloge enthousiasme de Lisette qui provoque un effet comique. Elle émet un portrait élogieux du futur mari, elle procède par une accumulation hyperbolique de termes mélioratifs et de superlatifs, elle associe toutes les qualités que Lisette veut chez un homme « on dit .. plus honnêtes homme du monde ». Lisette espère trouver son compte dans le mariage « l’utile et l’agréable, tout s’y trouve », elle assimilation Dorante à un objet : « pardi, tout en sera bon dans cet homme-là » l14

Juron comique : « Vertuchoux » l29

Ironie : l7 « Délicieuse ! » / « Tant pis, tant pis » l20, « Oui-da, cela est pardonnable » l26 (litote ironique), dans son désire de persuadé Silvia, elle exprime une conception du mariage fondé sur la satisfaction et sur la sensualité, on fait de Lisette un être matérialiste.

Conclusion

Efficacité de l’exposition (éléments essentiels de la pièce + séduction par le plaisir), divertit le lecteur et informe tout

...

Télécharger :   txt (7.3 Kb)   pdf (47.3 Kb)   docx (572.2 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club