Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Arguments indirects

Par   •  2 Avril 2018  •  2 649 Mots (11 Pages)  •  151 Vues

Page 1 sur 11

...

aussi oui ceux qui veulent dicter le sens la direction à prendre le sens d’un texte se meut ou se meurt et la garde qu’en faites-vous oh je ne m’en préoccupe si l’on vous dit de tisser c’est votre boulot pas le mien n’est-ce pas dieux d’airain dieux de marbre dieux d’albâtre dieux d’ivoire je savais bien que je réussirais à placer le mot albâtre dans un texte un jour en allant de l’avant à force d’aller de l’avant et peut-être mon seul et unique but en écrivant même en tenant ces carnets était de parvenir au texte qui me permettrait d’écrire le mot albâtre de le graver comme qui dirait métaphoriquement dans le marbre et cela évidemment se produit aujourd’hui où il pleut à pierre fendre ou pas vraiment un goutte-à-goutte à peine accéléré mais qui mouille détrempe tout et même la grande poubelle grise ouverte depuis hier afin d’en laver le fond noirâtre mot qui rime avec albâtre dans tous les cas cette pluie est une aubaine et justement ce jour de pluie infinie ténue mais tenace j’écris enfin le mot albâtre et ne sais qu’en faire ne sais que faire après d’autres doués d’un sens de l’honneur plus aiguisé que le mien ici se feraient hara-kiri c’est à n’en pas douter et tandis que la pluie humecte puis humidifie puis mouille puis inonde la grande poubelle grise ouverte dans la cour je ne sais ce qui me pousse à écrire encore et toujours albâtre comme si ce mot soudainement prenait la forme d’une incantation le dernier ressort le dernier battement des veines le dernier sursaut artériel qui permette d’aller de l’avant un texte se meut ou se meurt l’ai-je dit je crois l’avoir écrit mais l’ai-je dit toujours est-il qu’un texte oui tu l’as dit merci l’acteur se porte un texte se meut ou se meurt et sans un mot même désuet ou inutile auquel se raccrocher parfois les textes les plus parfaits s’enlisent se figent dans une immobilité d’onde gélifiée un désert de racines et de vieux bois de flottaison échoué desséché au point de ne plus pouvoir écrire même une phrase qui tienne debout et qui suis-je pour parler de phrase qui tienne debout moi qui assis pianotant tapotant clapotant comme l’eau vive d’une pluie fine mais farouche ténue mais tenace ne sais rien dire d’autre ne sais rien écrire d’autre non ne sait dire non ne sait pas écrire d’autre mot qu’

albâtre

10:00 Publié dans Très long texte | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Littérature

vendredi, 15 septembre 2006

... et de l’herbe tendre ...

dolmens

couverts d’herbe de mousse sacrément douce dolmens prêts à s’enfoncer dans le sol épuisés de tenir debout d’avoir tenu debout tous ces siècles tous ces millénaires d’avoir simplement seulement tenu le coup toutes ces myriades d’heures tout cela sous les étoiles à la pleine lune dans le noir sous les orages attrapant la foudre plus souvent qu’à leur tour dolmens de dure pierraille aux longues chambres abritant les ébats des couples illicites les embrassades furtives des hommes soucieux de se cacher de se dérober aux regards de fuir le regard pesant plus pesant que la pierre des dolmens les regards des autres autres peut-être tout aussi frustes ou rugueux dans leurs sentiments qu’eux ou plus âpres encore que la pierre des dolmens plus âcres au goût les sourcils en circonflexe affichant des mines dubitatives des moues circonspectes se méfiant se défiant toujours de tout pour finir par s’affaler contre la mousse tendre des dolmens et sur la pierre la plus lourde sur le roc le plus puissant le plus impressionnant carapace de tortue dont jamais on ne voit jamais au grand jamais on ne verra la tête striée ridée folle sur ce roc parfois souvent se hisse-t-on à perdre haleine pour mieux voir mieux scruter les baies des grands ifs mornes et placides glaciaux et ténébreux vertigineusement gracieux sous la pluie des siècles des millénaires et à peine s’était-on hissé que toujours naissait le désir furieux le désir terrible de crier de clamer des injures à la face du ciel des imprécations de se lancer dans un long discours tout en vésanies de parler par bordées un torrent de mots ou de chanter de scander de psalmodier que sais-je encore à peine s’était-on hissé à peine se hisse-t-on que naît toujours la tête contre les branches les plus folles les fesses assises contre l’herbe humide contre la mousse tendre à peine se hisse-t-on que les jambes lourdes les pieds désormais menaçant de glisser sur la mousse l’herbe tendre on se surprend à chantonner puis à vociférer et n’est-ce pas là le même torrent que le très long texte le trop long texte qui n’en finit pas de naître et qui peut-être est bel et bien né ainsi né d’une voix devenue folle ne s’obéissant plus parlant aux oiseaux aux astres aux baies aux ifs à la rougeur splendide et coruscante de ces baies mystérieuses ainsi est né ce chant d’une voix pierreuse ainsi née de la rocaille cette frénésie lourde de vésanies qui toujours rendra plus fou plus long plus torrentiel ce trop ce très long

texte

13:13 Publié dans Très long texte | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Littérature

dimanche, 10 septembre 2006

... de l’eau, de la paille ...

finisse

ce jour sans mesure cette infinité de possibilités de colères de mensonges et cette avalanche d’amours qui ne cesse de tarabuster les pirates sont de sortie et pourtant il paraît que ce n’est pas l’issue la plus secourable peut-on pourra-t-on un jour en finir dans la poussière des carlingues la rouille des guimbardes des tréteaux interminables comme ce très long texte où personne ne voit du feu où personne ne voit goutte où personne ne voit clair où il n’y a personne pour sauver son voisin pas un mot pour en rattraper l’autre pas un orgue pour mesurer l’infinité du temps qui passe pas un violon pour nous aider à grimper à la cime des ifs et sur ces dolmens rassemblés comme dans un jeu de cartes un très long texte s’avance et se déploie avec la sûreté pierreuse des dolmens la voilure des stèles la douceur ombrageuse des ifs dont les petites boules rouges d’une netteté aussi sidérante qu’elles sont minuscules sont comme des lampions funèbres un très long texte résonne rebondit ou s’éternise jusqu’à ce que la note tenue sous les ifs comme une mélodie silencieuse effraie même les autours les éperviers et même le busard en maraude à tel point que nous nous

...

Télécharger :   txt (15.3 Kb)   pdf (51.5 Kb)   docx (16.2 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club