Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

GENES ET PHOBIE

Par   •  22 Novembre 2018  •  4 565 Mots (19 Pages)  •  437 Vues

Page 1 sur 19

...

- Méthode

- Echantillon

Les données d’échantillon utilisées dans cette étude seront celles de :[pic 1]

- L'étude sur la santé en Poméranie (SHIP), T0,

- L’étude « Interaction vie-évènement et gène-environnement dans le dépression » (LEGEND), T1.

L’échantillon utilisé pour l’étude SHIP a été examiné entre 1997 et 2001. Il est composé de résidents allemands vivant 29 communautés dans le nord de l'Allemagne. Les participants ont été choisis au hasard, proportionnellement à la taille de la population de chaque communauté et stratifiés par âge et par sexe. Au total, 4 308 Caucasiens âgés de 20 à 79 ans ont pris part à la collecte de données.

Cet échantillon a ensuite été remanié pour correspondre à l’examen de suivi de SHIP : LEGEND. L’échantillon analytique final comprenait 1 787 individus.

- Mesure

La population de l’échantillon a donc été soumise à deux questionnaires pour « quantifier » le soutien social perçu :

- Questionnaire dans le cadre de SHIP (données longitudinales)

5 questions de l'Enquête sur le soutien social à l'étude des résultats médicaux (MOSSSS) ont été utilisées. Les questions devaient être évaluées en utilisant une échelle en cinq points allant de « jamais » à « toujours ». C’est la moyenne de tous les points des items qui est utilisée comme score total.

- Questionnaire dans le cadre de LEGEND (données unidimensionnelles)

Version courte version du questionnaire sur le soutien social en 14 questions. Il faut répondre aux questions sur une échelle en cinq points qui va de « jamais vrai » à « toujours vrai ». En tant que score total, le score moyen de tous les items peut être utilisé.

Pour combiner les données de soutien social perçu dans ces deux questionnaires au sein d'un score, des scores de coupure suffisant pour différencier les sujets avec un soutien social et les personnes ayant un faible soutien social ont été trouvé. Le score de quatre avait le sens textuel de « rarement vrai » dans les deux questionnaires et correspondait donc à peu de soutien social.

Score

Score == ou > 4 = soutien social moyen (moyenne normale du score)

- Génotypage

Pour déterminer les variants de l’allèle (S et L), le polymorphisme de longueur de fragment de restriction est utilisé. [pic 2]

RFLP : Il s’agit d’une méthode de biologie moléculaire permettant de différencier ou de comparer des molécules d’ADN. Cette dernière est notamment utilisée pour la réalisation d’empreintes génétique.

La région 5-HTTLPR est d’abord amplifié par PCR pour donner deux amplicons de 337 pb pour L et de 294 pb pour S. Ensuite au cours de la RFLP l’enzyme de restriction va digérer différemment la variante « rs25531 » (et les deux sites de restriction constitutif de l’amplicon. On va obtenir les fragments :

- Allèle S : 200, 61 et 33 pb

- Allèle LA : 243, 61 et 33 pb

- Allèle LG : 70, 173, 61 et 33 pb

La détection de fragment de 173, 200 et 243 pb permet d’attribuer les allèles respectifs. En séquençant ces amplicons, les échantillons représentatifs de différents génotypes ont été vérifiés. En correspondance avec la littérature précédente, nous avons formé trois groupes de génotypes :

- Le « s / s » comprenait les génotypes LG / LG, LG / S et S / S,

- Le « s / groupe L » inclut LG / LA et S / LA génotypes,

- Les l / l groupe de génotype LA / LA génotypes.

- Analyses

Dans une étude précédente basée sur la même population que les examens actuels, on observait que le génotype l/l du 5-HTTLPR était un facteur de risque de SAD. Dans les analyses de la présente étude, le génotype l/l est testé contre le génotype s/s et s/l combiné.

Pour examiner si la présence de SAD est affectée par le soutien social et le 5-HTTLPR, nous avons utilisé trois tests :

- Premièrement, nous avons testé l'association entre SAD (individus avec SAD versus tous les autres (non-SAD)) et 5-HTTLPR groupes (s / s et s / l contre l / l génotype),

- Deuxièmement, nous avons examiné l'association entre les groupes SAD (SAD et non-SAD) et les groupes de soutien social (faible et élevé),

- Enfin, nous avons combiné ces variables en un test pour tester et analyser la prévalence de SAD à la lumière du soutien social et du 5-HTTLPR.

- Résultats

Association entre soutien social et le 5-HTTLPR

Pour examiner si le risque de SAD est affecté par l'interaction entre le soutien social et le 5-HTTLPR, nous avons d'abord testé l'association entre le SAD et le génotype 5-HTTLPR. Il s'est avéré significatif. Les porteurs du génotype l / l étaient plus susceptibles de souffrir de TAS que les porteurs du génotype s / s et s / l :

- Présence de SAD dans l / l génotype : 6,7%,

- Présence de SAD dans le génotype s / s et s / l : 3,6%

Il existe également une association significative entre le TAS et le soutien social.

Combinaison des variables et analyse de la prévalence

Les variables ont été combinées et la prévalence de la SAD à la lumière du soutien social et du 5-HTTLPR a été analysée. Nous avons trouvé un effet d'interaction sur le risque de SAD. Chez les personnes ayant déclaré un soutien social élevé, aucune différence n'a été observée entre les groupes de génotypes.

Cependant, il y avait une différence entre les groupes de génotypes parmi ceux qui déclaraient un faible soutien social. En détail, les porteurs du génotype l / l qui ont

...

Télécharger :   txt (31.7 Kb)   pdf (81.1 Kb)   docx (28.4 Kb)  
Voir 18 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club