Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Expérimentation Animale

Par   •  30 Décembre 2018  •  Étude de cas  •  853 Mots (4 Pages)  •  27 Vues

Page 1 sur 4

Expérimentation Animale

==========

À chaque année, millions d’animaux sont soumis à de diverses expériences dans les laboratoires canadiens, ce qu’on appelle l’expérimentation animale. Cependant, elle demeure un sujet hautement parlé dans notre société : est-ce que l’expérimentation animale est éthique ? D’une part, les protecteurs des animaux affirment que l’expérimentation subie par les animaux représente la torture ; elle n’est pas toujours fiable, mais les scientifiques l’utilisent quand même par habitude. D’une autre part, les scientifiques pensent qu’elle demeure un mal nécessaire pour faire des avancées médicales. Ils font parvenir qu’il n’existe pas de remplacement pour l’expérimentation animale, qui est encore efficace.

D’un côté, beaucoup de gens sont contre l’expérimentation animale et trouvent l’utilisation des animaux dans les laboratoires comme étant inacceptable. Selon Gloria Grow, fondatrice de la Fondation Fauna, qui est un refuge pour les chimpanzés ayant servi de cobayes, la recherche sur les animaux de laboratoire ne donne pas toujours des résultats fiables. « De nombreux médicaments qui s’avèrent efficaces chez les animaux ne se révèlent d’aucune utilité pour l’humain », note Mme Grow (Sergent, 2012). Selon elle, voir des chimpanzés être utilisés dans les laboratoires est horrifique. « C’est épouvantable tout ce que l’on fait subir aux animaux au nom de la science. On leur implante des électrodes dans le corps, on les brûle, on les empoisonne à petites doses, on leur inocule des maladies ou on les mutile » (Sergent, 2012). À chaque année, environ 11,5 millions d’animaux servent de cobayes dans les laboratoires à des fins expérimentales et scientifiques. Sur les 11,5 millions d’animaux, les rongeurs et les lapins représentent 80% du nombre total (Beaudoin, 2015).

En effet, selon le chercheur américain Steve Perrin, « même quand les études animales suggèrent qu’un traitement sera efficace et sans danger, plus de 80% des médicaments potentiels échouent quand on les teste sur les gens » (Beaudoin, 2015). Ce n’est pas possible de transposer toutes les connaissances acquises sur l'animal à l'humain. La sécurité des substances médicamenteuses n’est jamais garantie, même s’ils ont été testés sur des espèces avec un ADN similaire. Il y a plusieurs exemples de médicaments qui, approuvés à la suite de tests sur les animaux, ont eu chez l’homme des effets secondaires graves et parfois mortels. « Utiliser des animaux comme modèles biologiques de l’être humain est un non-sens. Une espèce ne peut pas prédire l’effet d’une substance ou d’un médicament sur une autre espèce: c’est une loi de la biologie. Le chimpanzé, dont le génome présente 98,5% d’homologie avec celui de l’homme, est insensible au virus

...

Télécharger :   txt (5.7 Kb)   pdf (50.7 Kb)   docx (11.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club