Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'économie Monde des Etats-Unis

Par   •  21 Mars 2018  •  1 590 Mots (7 Pages)  •  106 Vues

Page 1 sur 7

...

monde américaine change d’échelle et s’affirme d’autant plus comme une économie mondiale. Quelque peu limitée en 1945, elle devient mondiale en 1991 car le libéralisme américain se généralise. En 1992, la Chine déclare l’économie socialiste de marché ce qui prouve que le défi « d’ouvrir les marchés à la barre à mine » de Carla Hills a été relevé.

B) La mégalopolis : emblème du leadership américain

La dynamique de la guerre froide a poussé les Américains à innover sans cesse. La course aux armements et la conquête de l’espace (en 1969, Neil Armstrong est le premier homme à marcher sur la lune) sont les manifestations évidentes du rythme qu’impose la confrontation des deux Grands.

D’ailleurs, ces innovations permettent aux USA de se maintenir au rang de première puissance mondiale. Entre 1945 et 2001, les USA sont le 1e PIB de la planète.

Cette supériorité économique est matérialisée par la mégalopolis américaine. Elle s’étend sur 800km de Boston à Washington. Après 1945, la BosWash est devenue le poumon de l’économie américaine. On y trouve des centres décisionnels politiques comme le Capitole et la Maison Blanche à Washington ou encore le siège de l’ONU à New York. Elle concentre aussi des centres économiques comme le New York Stock Exchange ou le siège du FMI.

La BosWash s’avère abriter 6 des 8 universités de la Ivy League.

La Silicon Valley est quant à elle emblématique de la supériorité technologique. Le premier technopole de l’histoire, situé en Californie, voit naitre une véritable révolution informatique dans les années 1970. Apple, eBay, Facebook, Google ; autant de géants de l’informatique implanté dans la Silicon Valley. A la fin des 90’s, le poids économique de ce technopole était tel que si l’on détachait la Californie, elle aurait été le 6e PIB de la planète.

III) La contestation de la puissance américaine, à partir de la fin des années 1960 marque la fin d’un règne du monde sans partage

A) La « maison divisée »

Les années 1960 marquent à la fois l’apogée du modèle américain, et ses limites. Le modèle de l’American Way of life ne dissimule pas les problèmes de la société américaine.

La pauvreté révèle les faiblesses du modèle américain. En 1962, 40 millions d’Américains ne parviennent pas au seuil de 3000 dollars de revenu annuel. Cette pauvreté touche surtout les minorités noires et hispaniques qui constituent un quart des effectifs des pauvres.

La ségrégation entre les Blancs et les Noirs entraîne le développement de mouvements de protestation comme le Mouvement des Droits Civiques ou la mouvance plus violente des Black Panthers.

Le mode de vie américain est également contesté par une partie de la jeunesse, aux Etats-Unis comme à l’étranger. Les étudiants américains s’insurgent contre l’ « American way of life ». La première révolte estudiantine se produit à Berkeley en 1964 et s’étend aux autres universités. Cette remise en cause des valeurs traditionnelles débouche sur le phénomène hippie.

B) Essoufflement de l’économie

Les Etats-Unis subissent la concurrence économique de la CEE (puis de l’Union européenne), du Japon, puis des NPI d’Asie. Leur part relative dans le commerce mondial diminue, quoi qu’ils demeurent la première puissance économique mondiale.

Dans les années 1970, le Nord-Est des Etats-Unis, le cœur industriel du pays, est frappé par la désindustrialisation rendue possible par la concurrence du Japon et de son toyotisme et dans les années 1980 à cause d’un dollar fort.

Les chocs pétroliers de 73 et 79 montrent les limites du modèle américain. La dépendance vis-à-vis du pétrole.

C) Contestations idéologique

La contestation de la puissance américaine est également idéologique. La critique ou le rejet de la mondialisation américaine porte sur la domination géopolitique et culturelle des Etats-Unis, jugée " hégémonique " par ses détracteurs. L’antiaméricanisme, déjà existant pendant la guerre froide, se développe à travers l’alter mondialisme en Occident et le rejet du modèle américain dans les régions arabo-musulmanes.

Sous sa forme la plus violente, il se manifeste par des attentats terroristes. Le 11 septembre 2001, la terreur s’abat sur les USA qui subissent la plus grande attaque qu’ils aient connue depuis Pearl Harbour. Les terroristes islamistes qui ont précipité 2 des 4 avions détournés sur les Twin Towers ont voulu atteindre le symbole de la suprématie financière et économique des USA. Un troisième avion-suicide lancé sur le Pentagone visait la puissance militaire américaine tandis qu’un quatrième qui n’atteint jamais but devait s’abattre sur le Capitole, emblème des valeurs démocratiques prônées par les USA.

Conclusion : Le 11 septembre demeure une déflagration retentissante pour les USA et le reste du monde. L’image des tours qui s’effondrent annonce des présages sombres pour ce nouveau siècle. Le territoire métropolitain des USA est attaqué pour la première fois depuis la guerre anglo-américaine de 1812-1815 et rompt avec presque 2 siècles d’histoire pendant lesquels les Américains ont pu croire leur territoire sanctuarisé et relativement à l’abri des soubresauts du monde.

...

Télécharger :   txt (10.6 Kb)   pdf (55 Kb)   docx (16.1 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club