Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La dystopie

Par   •  5 Décembre 2018  •  2 199 Mots (9 Pages)  •  36 Vues

Page 1 sur 9

...

et 100 000 d’après les autorités.

Le président de la République Française en réponse aux manifestants dit lors d’une allocution  :

« C’est moi le président, moi et mes ministres on fait ce qu’on veut »

Ce fut en mars 2018 que le président Sylvain Durif supprima l’assemblée nationale suite à un référendum nommée «  C’est le peuple qui choisit ! ».

Cet décision fut saluée par les dirigeants Suisse qui adopte ce système démocratique depuis des années.

La population est très partagée vis à vis du récent président, tantôt on vend un Président sournois qui vise le pouvoir absolue, tantôt on nous vend un président qui sort des normes et qui ose changer une France trop rattachée à son système politique.

Les cours d’Enseignement Morale et Civique ont été remplacé par des cours enseignant les valeurs de la république et la devise à été changé par : Égalité, Fraternité, Laïcité absolue.

Ce changement souleva des interrogations, avons nous à craindre que notre liberté soit remise en cause ? Avons nous à craindre que notre liberté de culte soit elle aussi remise en question ?

Et surtout pourquoi ne pas avoir fait un référendum sa politique « C’est le peuple qui choisit ! » fut contesté car cet fois-ci c’est lui tout seul qui choisit.

Puis cet fois-ci le Président fit passer une loi à l’aide d’un référendum consistant à changer la durée d’éligibilité au lieu d’avoir deux quinquennat le président souhaite être élu pour deux septennat.

Pour permettre au gouvernement d’appliquer sa politique sur plus long terme.

On peut maintenant observer un désir du président de prolonger sa durée d’élection.

Suppression de la liberté dans la devise nationale avait un sens, la mise en place d’une laïcité absolu. La mise en vente d’objet religieux (croix, voile…) fut interdite.

Le président appela les représentants religieux des quatre grandes religions en France

Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France

Pasteur Laurent Schlumberger, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église protestante unie de France

Rabbin Gilles Bernheim, Grand rabbin de France,

Rabbin Moché Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France,

Métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France,

M. Carol Saba, porte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France,

M. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman,

M. Anouar Kbibech, secrétaire général du Conseil français du culte musulman,

Cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France,

Mgr Laurent Ulrich, vice-président de la Conférence des évêques de France,

Révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France

La suite de cet réunion se conclut par un accord appelé « religion et république » qui consiste à retirer de leurs fonctions religieuses toutes personne ne partageant pas les valeurs républicaines.

Un signe de la république devra être instauré dans toutes les institutions religieuses sous peine de voir la fermeture de l’édifice.

Cet réforme ne tarda pas à être appliqué

La Conférence des Evêques de France  recense au 12 septembre 2016 40 307 églises et chapelles de propriété communale et 1 951 églises de propriété diocésaine. Cela représente un total de 42 258 églises et chapelles paroissiales en France.

C’est 500 églises qui fermeront.

2 368 lieux de cultes musulmans dont 2 052 en France métropolitaine. En 2015, il y avait environ 2200 lieux de culte musulman en France

Ce sont 745 lieu de culte qui fermeront.

Sur 500 Synagogues 69 fermeront.

Aucun temples bouddhistes ne fermera

Ces fermetures massives provoqueront un désastre sociale au sein du pays, des centaines de milliers de personnes, Musulmane, chrétienne, Juive et Bouddhiste ont marché dans les rues, dans toutes les métropoles et toutes les communes.

Sauf que les débordement ne tardèrent pas arriver et suite à la nouvelle réforme de préservation de l’ordre publique du président les manifestants furent réprimé comme il se doit et les manifestation s’arrêtèrent au bout de quelques heures dans les métropoles et en plus dans les communes.

Suite à cela des patrouilles de police de plus en plus fréquentes circulait au sein des villes et un couvre-feu à été mis en place.

Tout les représentant religieux ont été assigner à résidences.

L’état d’urgences ne fit que se prolonger indéfiniment.

Un attentat terroriste à Paris fit 38 mort 225 blessés dans le lycée-collège Montaigne près du jardin du Luxembourg, revendiqué par aucun groupe terroriste avant quelques mois ou dans un communiqués de La DGSE on soupçonne Ashin Wirathu le chef d’un groupe terroriste qui persécute aussi une ethnies musulmanes les rohingyas en Birmanie.

Ce dernier possédant le soutient de Aung San Suu Kyi la Conseillère spéciale de l’État et porte-parole de la Présidence de la République de l’Union de Birmanie est pratiquement intouchable au sein du territoire Birman.

L’électorat de Aung San Suu Kyi est à 90 % bouddhistes elle ne peut donc pas se permettre de se mettre cette majorité à dos.

Une rencontre entre Sylvain Durif et Aung Suu Kyi à été organisée. Après un débat de 2h ou la présidente Birmane réfuta l’implication d’un groupe terroriste Birman dans les attentats Sylvain Réussit à convaincre les commissions européennes de stopper toutes

...

Télécharger :   txt (14.3 Kb)   pdf (59.5 Kb)   docx (19.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club