Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les contrastes de l'Albatros

Par   •  13 Octobre 2018  •  854 Mots (4 Pages)  •  48 Vues

Page 1 sur 4

...

un environnement reflétant l’idéal. Les hommes représentent les éléments opposés, la terre et le feu dans lequel l’oiseau est torturé. Ce contraste n’est que le fruit d’un ressenti du poète.

LA CONDITION DU POETE

En effet dans le dernier quatrain on percoit un rapprochement entre l’oiseau et le Poète. Le mot poète est en majuscule Baudelaire généralise

« Le poète est semblable au prince des nuées » Avec ce vers le poème et comme une longue métaphore du poète, il est animalisé.

De plus le titre nous donne beaucoup d’indication. L’article défini singulier est en majuscule ce qui met en lumière le symbole de l’oiseau. Le poète a toute les caractéristique de l’oiseau « ses ailes de géants ».

Les trois premières strophes décrivent l’oiseau et indiquent les différences de l’albatros dans deux milieux distincts. Cependant la dernières strophes met en relation ces deux êtres, l’oiseau est donc le symbole du poète et c’est là que le poème prend tout son sens car il invite à une relecture pour mieux comprendre les sensations et la condition du poète.

L’albatros est associé à l’idée de grandeur et de détachement du monde matériel. L’oiseau vit dans l’espace aérien, loin du sol, loin des hommes. Il vit dans un monde libre évasif, hors de portée. Cette faculté de voler peut se traduire comme une supériorité morale et spirituelle du poète. D’une façon un certain mépris est renvoyé de la part de l’albatros «  Qui hante la tempête et se rit de l’archer » L’utilisation de l’archer exprime le sentiment de combat.

Cependant Baudelaire reprend un sujet traditionnel : la solitude du poète. Le symbole de l’Albatros nous fait voir une autre facette dont souffre le poète ; l’inadaptation.

L’exclusion du poète est souligné par « exilé au sol ». « Ses ailes de géant » l’empêche de marcher. Le dernier vers est admirable car il est synthétique du drame du poète : sa grandeur fait sa misère. Le verbe empêcher à une connotation très péjorative, comme si il n’avait pas le choix.

Finalement sa condition physique l’exclu du sol, son biotope est inadapté.

Il est donc incapable de s’adapter lorsqu’il redescend au niveau de la Terre. Or tout ceci suscite la moquerie et les violences.

La chute à prendre au sens propre de l’oiseau représente la chute du poète dans la société. Cette chute représente sûrement le choc entre ce que la société exige et ce que qu’il rêve de lui donner.

...

Télécharger :   txt (5.7 Kb)   pdf (42.7 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club