Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Faut-il armer toute la police ?

Par   •  26 Décembre 2018  •  Étude de cas  •  611 Mots (3 Pages)  •  7 Vues

Page 1 sur 3

        

Les agents de police nationale et de police municipale concourent tous deux aux missions de police administrative, ce qui veut dire qu'ils sont chargés de mission de surveillance qui ont pour but de maintenir le respect de l'ordre public. Les agents de police municipale ne peuvent en revanche agir que dans les limites des pouvoirs de police du maire car ils en dépendent. Donc les agents de police municipale ne pourront travailler que sur le stationnement( comme par exemple gérer la circulation quand un incident à lieu sur la route), les conflits de voisinage, les couvre-feux, etc. Les agents de police nationale peuvent intervenir plus largement sur des faits de délinquance, comme par exemple les excès de vitesse, les vols à l'arrachée, les agressions, etc.

Les gendarmes eux, à la différence des policiers c’est qu’ils appartiennent à l’armée française et donc qu’ils sont des militaires, alors que les policiers ne sont que de simples fonctionnaires agréés.

Pour finir, il y a les unités spécialisées qui elles n’interviennent que dans des situations particulières, comme les CRS (compagnies républicaines de sécurité) qui peuvent par exemple servir d’escorte au président de la République durant ses déplacements.

Il y a également le RAID, le GIGN et le GIPN qui sont des unités d’élites appelés en cas de situation à extrême violence ou à risque très élevées, comme pour le terrorisme.

Enfin il y a le PGHM qui est intervient pour la haute montagne, donc pour secourir les personnes en difficulté.

Tout d’abord, il faut savoir que c’est au maire que revient la décision de choisir les armes que porteront les policiers municipaux de sa ville, donc certains sont uniquement équipés d’armes non-létales. Les autres étant plus lourdement armés sont munis d’un revolver, de flash-ball, de tasers et de matraques (téléscopiques ou non), mais le soucis est qu’avec l’attentat du 14 juillet 2016, les revolvers des policiers n’ont eu aucune utilité car ils n’ont pas de force de pénétration, donc certains maires ont optés pour des pistolets automatiques pour qu’en cas d’attentat à la voiture bélier les policiers puissent arrêter le pilote fou en tirant à travers le pare-brise.

Le GIGN tout comme le RAID et le GIPN utilisent également des armes non-létales comme des tasers et des armes létales comme des revolvers. Mais étant sollicités pour des interventions de plus grande envergure, ils utilisent principalement des pistolets-mitrailleurs (ex : MP5 ou P90), des fusils à canon lisse (ex : Remington 870 ou SPAS12), des fusils d’assaut (ex : FAMAS) et des fusils de précision (ex : PGM Hecate II)Il faut savoir que les policiers n ‘ont le droit de faire usage de leurs armes de fonction que dans certains cas : « légitime défense, absolue nécessité et usage proportionnel à la menace »

...

Télécharger :   txt (3.9 Kb)   pdf (52.7 Kb)   docx (215.8 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club