Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

"Démocratie vivante ou démocratie classique" Georges Burdeau

Par   •  27 Novembre 2018  •  1 734 Mots (7 Pages)  •  30 Vues

Page 1 sur 7

...

Tandis que dans un système qui admet la primauté de la souveraineté du peuple , l'état doit représenter le peuple , chercher constamment à satisfaire l'intérêt général et à être reconnu , approuvé par le peuple .

D'où l'origine de la démocratie classique qui cherche à représenter au mieux l’intérêt général , tout en protégeant les libertés fondamentales qui sont une condition intrinsèques à l'égalité en droit entre les Hommes et donc à l'existence de l'idée de démocratie .

C'est ainsi que la liberté-autonomie provoque la création de la liberté-participation qui donne aux citoyens le droit et peut être aussi le devoir de participer à la vie politique .

II.La liberté-participation

La liberté-participation est une condition nécessaire à l'élaboration d'un système politique à porté démocratique (A) , elle est le produit de la liberté-autonomie à l'origine mais rentre parfois en conflit avec elle dans certaines circonstances (B) .

. A.Condition nécessaire à un système à prétention démocratique

La liberté-participation est une composante symbiotique ment liée à un état qui se veut démocratique , la participation des citoyens est ce qui justifie la légitimité et la souveraineté de

l'état.

Seulement , organiser un système qui représente au mieux la volonté des citoyens n'est pas chose aisé .

Des systèmes démocratiques comme la société athénienne entre le 3ème et le 5ème siècle avant notre ère , réussissaient à orchestrer une démocratie absolue où la souveraineté des citoyens

se reflétait de manière directe en politique mais seulement au prix de l'esclavage

. En effet , pour que le peuple soit à même de prendre des décisions politiques par lui-même , il faudrait que la société trouve un moyen de faire fonctionner l'économie de manière autonome pour que les citoyens n'est plus qu'à discuter de problèmes politiques . Ce n'est qu'un seul exemple des modalités totalement utopiques qu'il faudrait mettre en place pour garantir un système de démocratie directe respectant la liberté-autonomie .

Dans ces conditions , il semble clair que la mise en place d'une démocratie directe est impossible sans ignorer les droits de l'Homme .

Il a donc fallut introduire une notion de division du travail au sein même de l’exercice du pouvoir politique , à occasion d’élections le peuple va choisir ses représentants dans les sphères législatives et exécutives du pouvoir .

Le peuple va donc transmettre sa souveraineté à ces représentants qui vont , en principe , œuvré en faveur de l'intérêt général des citoyens .

Cette organisation soulève de nombreux problèmes , tout d'abord , malgré le fait que les représentants sont en principe responsables de leurs actes , le fait de mettre une étape entre la souveraineté du peuple et la souveraineté étatique provoque une forme de perte démocratique .

Ensuite, les représentants , une fois arriver au pouvoir peuvent avoir tendance à ne pas forcément respecter la volonté des représentés , des moyens de contrôle des élus sont donc nécessaire mais ces moyens sont assez sporadiques pour ne pas dire absent des états libéraux .

Enfin , le fait de systématiquement légitimé l'avis de la majorité , ce qui est une condition absolument nécessaire dans un système démocratique , peut avoir des conséquences assez dramatiques lorsqu'il n'y a pas suffisamment de garde fous .

On pourrait par exemple citer les atrocités commises par le NSDAP en Allemagne .

La liberté-participation et ses émanations institutionnelles ne sont donc pas à l'abri d'écraser les prérogatives de la liberté-autonomie , et d'ainsi transformer l'état libéral en tyrannie

B.Confrontations entre liberté-participation et liberté-autonomie

l'état libéral pour assurer sa survie doit protéger les principes de liberté-autonomie , ses acteurs doivent chercher à établir une balance constante entre ces deux types de libertés pour garantir simultanément des institutions démocratique efficaces , le plus proche possible du peuple et garantir des principes qui permettent l'existence même du système démocratique afin qu'il ne puisse pas basculer dans une tyrannie que ce soit sous l'effet de la volonté du peuple ou de la volonté de ses représentants .

La constitution d'un état présente de prime abord une compétence de sauvegarde des libertés fondamentales en même temps qu'une séparation des pouvoirs .

Elle est sensé assuré la conservation sur le long terme d'un état libéral , les constituants de 1791 puis de 1793 en France , avaient conscience du rôle primordiale de la constitution comme défenderesse des droits fondamentaux et ont cherché à rendre la constitution extrêmement rigide afin qu'elle ne puisse être modifiée que très difficilement .

La constitution est de nos jours , toujours assez difficile a modifié bien que beaucoup moins que pendant les premières Républiques françaises .Cependant , elle occupe toujours un rôle de garde fou et depuis la création d'institution chargés du contrôle de constitutionnalité des lois et des traités , son rôle est encore plus confirmer .

La balance entre liberté-participation et liberté-autonomie semble être assez respecter à notre époque , la pratique de la République nous ayant donné de l'expérience sur la capacité de l'état à résoudre ces problèmes , l'état libéral et les outils de démocratie représentative sont solidement alliés l'un défendant l'autre mais il est primordiale en tant que citoyens , de rester vigilant face à toute formes de dérives totalitaire si l'on veut conserver notre système politique .

...

Télécharger :   txt (11.3 Kb)   pdf (52.1 Kb)   docx (16 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club