Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Commentaire de texte sur les Essais, "Des Cannibales" de Montaigne

Par   •  25 Août 2018  •  1 474 Mots (6 Pages)  •  109 Vues

Page 1 sur 6

...

I. Une argumentation solide

1. Montrez que Montaigne utilise un raisonnement analogique (cf p. 508, en bas à droite ; analogique = idée de comparaison)

-Montaigne utilise un raisonnement analogique puisqu’il utilse le terme “ comme” à plusieurs reprise. “comme” est un adverbe.

Il compare la façon de faire des Brésiliens à celle des Portugais. (Marie)

- il utilise un comparatif de superiorité “ plus pénible que la leurs “ pour comparer la méthode barbare des portugais avec le canibalisme des brésiliens. ( océane )

-Dans la phrase finale “qui les surpassons en toute sorte de barbarie” le préfixe “sur” du verbe “surpasser” montre la supériorité [dans l’horreur de la façon de faire des occidentaux] ( Sérigne)

2. Convaincre et persuader : quels arguments Montaigne convoquent-ils ? Comment cherche-t-il à nous émouvoir ?

- argument scientifique, médical : “les médecins” (ligne 43) (Benjamin)

- argument d’autorité : Montaigne utilise le nom de philosophes grecs “Chrysippe et Zénon” ligne 35. (Romane)

- argument historique “Alésia” (ligne 38) (Loïc)

- Persuasion : Montaigne cherche à persuader le lecteur en utilisant un registre pathétique à l’aide d’un champ lexical de la souffrance : “torture;supplice;mort;sensibilité” (Alexandre)

II. Un récit documentaire - Montaigne ethnologue

1. Relevez et commentez les termes qui font l’éloge (discours mélioratif, positif, qui montre de l’admiration pour...) des sauvage-guerriers

- L’auteur les présente comme des guerriers n’ayant peur de rien : “l’effroi, il ne savent pas ce que c’est ”, ligne 5 (Benjamin) [outil technique : mise en relief de “l’effroi”, placé en début de phrase. Présentation dite emphatique du terme.]

- Les Brésiliens sont bons car ils ne mangent leurs prisonniers qu’“après [les] avoir longtemps bien traités” (l.7-8) [bien : adverbe axiologique (qui porte un jugement) / longtemps : adverbe de longue durée]

-”font des guerres contre des nations qui sont au-delà de leurs montagnes, plus loin sur la terre ferme” [Adverbe qui marquent la distance : “au-delà” + comparatif “plus loin”] Cette phrase montre leur détermination pour combattre un ennemi lointain, et non un voisin [Montaigne critique ici les Guerres de religion, qui étaient des guerres civiles, qui opposèrent dans de terribles massacres, des Français protestants, contre des Français catholiques, au XVIè siècle ; cf l. 31sq.].(Nahel)

2. Montrez que le cannibalisme joue un rôle social/religieux et ne sert pas à s’alimenter

- les Brésiliens ne mangent pas simplement leurs ennemis pour se nourrir, mais “pour manifester une très grande vengeance” ligne 16. L’adjectif “grand” met en relation leurs actes et leur idée de se venger. (Romane) + “Très” : adverbe pour formuler un superlatif absolu, présence d’une hyperbole donc montre l’importance extrême de cette pratique pour les “sauvages” (Fanny)

- Le maître de l’otage convoque une assemblé pour leurs repas et partage l’éxécution du prisonnier avec son “ plus cher ami”. “cher” superlatif “ami” preuve d’affection. (robin)

- Le maître de l’esclave partage avec ses amis et concitoyens la chair humaine lors d’un repas. De plus,”ils en envoient aussi des morceaux à ceux de leurs amis” (l.14).

Le pronom “en” remplace “des morceaux” pour insister que ce sont des morceaux de chair humaine.

C’est un moment de convivialité et de joie.

III. Une critique de la civilisation européenne

1. Comment Montaigne illustre-t-il la cruauté de la civilisation européenne ?

- Montaigne décrit la cruauté de la civilisation européenne par l’utilisation d’un champs lexical de l’horreur, la violence : “barbare”, “torture”, “suplice”... (Benjamin)

-La cruauté des européens a changé les traditions des Brésiliens “ils commencèrent à abandonner leur manière ancienne pour suivre celle-ci” (Alexandre)

-Il illustre la crauté des européens en les définissant comme des “plus grands maîtres qu’eux en toute sorte de méchanceté” (l.23) Il utilise le comparatif “plus grands” qui accentue cette idée de méchanceté pure et simple à un niveau inégalé, de plus il emploie une touche d’ironie en les appelant “maitres” pour parler de leur méchanceté. (Lauriane)

2. Montrez que Montaigne dénonce les erreurs de son époque.

- Il utilise le champ lexical de l’erreur “faute”, “trahison”, “déloyauté” pour montrer le faux opinion de la civilisation européenne. (Romane)

- [COMMENTEZ LA PARENTHESE L. 31SQ SUR LES GUERRES DE RELIGION]

- “ Je ne suis pas faché que nous soulignons l’horreur barbare qu’il y a dans une telle action; mais plutôt du fait que, jugeant bien de leurs fautes, nous soyons si aveugles à l’egard des notres.” Ici l’auteur montre des occidentaux dénonciateurs mais fait réference à leur cécité par rapport à leurs propres vices tout en s’incluant dans cette société avec le pronom “nous” [souvent répété]. (Isaac)

...

Télécharger :   txt (10.3 Kb)   pdf (54 Kb)   docx (16.7 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club