Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L 'art surréaliste

Par   •  12 Mars 2018  •  1 879 Mots (8 Pages)  •  9 Vues

Page 1 sur 8

...

- Interprétation :Ce tableau pourrait représenter un rêve d'angoisse. Premièrement cette idée est relatée par le titre de l'oeuvre « Le rêve ». Deuxièmement, les fourmis pourraient être la manifestation réelle de l'angoisse de Dali par rapport à la mort, et les humains saignant, la manifestation onirique (relative au rêve).

Le rêve d'angoisse nous transmet des images angoissantes dues à une pensée problématique du cerveau, ce qui a pour action de nous faire sortir du sommeil. L'impression que dégage ce tableau est semblable à celle du rêve d'angoisse : on peut avoir envie de "quitter" le tableau car les images aspirent à des pensées troublantes, comme si on désirait quitter un de nos rêves d'angoisse.

- « La reproduction interdite », Rene MAGRITTE

[pic 4]

- Présentation : Cette œuvre est une peinture réalisée en huile sur toile (79x65cm). Elle date de 1937 et a été réalisée par Rene Magritte (1898-1967) qui est un artiste surréaliste d'origine belge.

- Analyse : Le tableau représente un homme debout devant un miroir. Ce portrait représente Edward James . Le spectateur voit 2 fois l’homme de dos car le miroir ne reflète pas son image, alors que sur le manteau de la cheminée il y a un livre posé dont le titre

apparaît à l’envers dans le miroir (effet normal du miroir).

Le caractère dérangeant du tableau vient du fait que l’homme et le livre sont traités différemment : l’impossible réflexion de l’homme , et le reflet « normal » du livre pose problème.

Le miroir triche, truque le reflet, oblitère l’original, le fait passer au second plan. Au lieu de réfléchir le visage de celui qui s’y regarde, le miroir de Magritte passe derrière le sujet, le contourne, décale le réel.

L'interdit de ce tableau réside dans le fait qu'un portrait ne présentant que le dos de son sujet est une infraction aux règles du genre (l'identité du sujet, ici M Edward James, se trouve nié, ce qui va à l'encontre des fonctions du portrait traditionnel), mais encore, un miroir reflétant ainsi le dos de la personne qui s'y regarde nie l'existence de sa face (et, par extension, l'existence même de la personne).

- Interprétation : Par le titre « La Reproduction interdite », Magritte nous aide à faire comprendre que la peinture n’est pas un miroir qui se limite à reproduire les apparences. Elle peut bien « prendre » l’apparence. Il faut aller au-delà de la face cachée. Magritte cherche à nous montrer qu' il ne faut pas confondre la peinture avec un art servile de la reproduction.

- « Noire et blanche », Man RAY

[pic 5]

- Présentation : Cette œuvre est une photographie datant de 1926, elle a été capturée par Man Ray (de son vrai nom Emmanuel Randinsky), peintre et photographe du dadaïsme à New-York puis du surréalisme à Paris. Cette photographie s'intitule « Noire et blanche » et mesure 15,8x23,3cm. Elle a été publiée dans la version parisienne du magazine Vogue en mai 1926, mais sous le titre « Visage de nacre et masque d'Ebène », avant d'être publiée dans d'autres magazines sous son nom actuel.

- Analyse : Cette photographie, en noir et blanc, représente Kiki de Montparnasse, allongée, la tête reposant sur une surface horizontale. Elle tient par la main un masque et paraît calme voire même endormie. Le visage reflété sur le masque présente des yeux clos. Il y a une communion avec le masque : on peut voir une similitude des traits qui dégagent la sérénité et la beauté.

On observe un contraste de ton et d’éclairage, le ton clair du visage de la femme de type européen et celui du masque qui est foncé. La texture de la chevelure du personnage représentée par le masque indique une origine africaine. L’effet de la lumière fait donc contraste : la lumière semble glisser sur le visage alors qu’elle accroche le masque. La bouche de celui-ci paraît amincie. Ce portrait paraît réaliste. On identifie bien les éléments mais en même temps il y a une mise en scène dévoilant une unité et une opposition.

- Interprétation : On pourrait penser que l'auteur a cherché a représenter un rapport entre le noir et le blanc : peau blanche/masque noir. La femme semble s'approprier l'objet, peut-être que la femme cherche, en quelques sortes, à « s'approprier » une culture à travers cet objet.

Conclusion

A travers ces œuvres, on constate bien les enjeux de l'art surréaliste. Cela provenant du surréalisme qui a inspiré les mouvements le suivant comme l'absurde.

Sources :

http://www.le-surrealisme.com/

http://tpe-representation-onirique.e-monsite.com/pages/approche-artistique/analyse-d-oeuvres-de-s-dali.html

http://www.eternels-eclairs.fr/tableaux-dali.php#daliXVI

https://surrealismestvincet.wikispaces.com/Reproduction+interdite

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/90/18/86/NOS-PRODUCTIONS/histoire-des-arts/Fiches-projets-Guadeloupe.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Noire_et_Blanche

...

Télécharger :   txt (12.4 Kb)   pdf (80.3 Kb)   docx (17.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club