Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

ADM 1402 TN1 Entreprise et société

Par   •  2 Avril 2021  •  Dissertation  •  1 919 Mots (8 Pages)  •  3 Vues

Page 1 sur 8

ADM 1402

TRAVAIL NOTÉ 1

Entreprise et société

Commencez la rédaction de votre travail.

ADM 1402 – ENTREPRISE ET SOCIÉTÉ : TRAVAIL NOTÉ 1

        De nos jours, la surconsommation est très présente dans les pays riches. L’achat de biens matériels dont nous n’avons pas besoin, de multiples sorties au restaurant, acheter des nouveaux objets qui ne fonctionnent plus pour remplacer ce qui pourrait être réparé. Mais quand est-il de notre planète? Cette dernière est malade, et plusieurs facteurs font en sorte qu’on la détruit de plus en plus, et les ressources mises en place ne se déploient pas assez rapidement pour la guérir. Le plastique est présent dans tout : les objets, les vêtements, partout, on retrouve celui-ci. Des tonnes de déchets de plastique sont envoyées dans nos eaux, enfouies, et une infime partie est recyclée. Découvert en 1950, ce matériau est le choix numéro un dans grandes entreprises pour créer les objets qui nous entours au quotidien. Il est facilement malléable, peu coûteux à produire, et se recycle relativement bien. Mais s’il est recyclable, comment explique-t-on que nos océans soient remplis de ces objets, bouteilles, pailles, etc.? La réponse se trouve dans notre façon de vivre, et la difficulté des gouvernements à mettre en place des règles afin de limiter les entreprises dans leur façon de produire.

        Est-ce possible de retirer définitivement le plastique de nos vies? Voici la question de cette analyse. Cette question est de plus en plus présente dans notre quotidien à tous, dans les journaux, les publicités, les magasins qui tentent au mieux de retirer leurs sacs de plastique du marché, mais peut-être est-ce qu’il est trop tard pour faire ces démarches, et que l’être humain, en quête de profits, a trop négligé sa planète, et que le retour en arrière est impossible. Dans les cinq articles présentés, nous verrons les statistiques reliées à la consommation et les efforts mis en place pour le recyclage de cette matière qui nous entour, la saturation ce certain pays quant au recyclage du plastique, et les comportements des consommateurs et leurs aversions aux changements.

Partie II

Article 1

PARÉ, ISABELLE, 21 avril 2018, ‘’La planète plastique’’, Le Devoir, https://www.ledevoir.com/societe/environnement/525821/la-planete-plastique

Cet article met l’accent sur  les raisons de l’utilisation marquée et grandissante au cours des 60 dernières années du plastique,  les statistiques sur l’utilisation de ce matériau et les effets néfastes sur plusieurs facettes de nos vies. Celui-ci repose sur un article publié par le chercheur et ingénieur Roland Geyer, qui a mené une étude sur l’emprise du plastique sur notre quotidien.

Le plastique fait partie de nos vies depuis plus de 60 ans. Malgré sa présence au quotidien depuis longtemps, on commence tout juste à parler des effets néfastes sur l’environnement et notre santé. Celui-ci n’est pas simplement présent dans les articles que nous achetons. Il fait son chemin jusque dans notre alimentation. En effet, les déchets de plastiques n’étant pas tous recyclés se retrouvent dans nos océans, et des particules se retournent alors dans notre alimentation, comme les poissons, par exemple, ainsi que dans l’eau que nous buvons. Les effets du plastique ingéré par l’humain ne sont d’ailleurs pas encore mesurés. Aucune obligation n’existe dans l’industrie afin de mesurer les effets néfastes sur la santé, quant à la production de produits de plastique, malgré qu’on sait, à ce jour, qu’il y a plusieurs additifs au mélange de plastique qui sont connus pour être cancérigènes. Selon les prédictions du chercheur, «c’est plus de 12 milliards de tonnes de déchets de plastique qui pourraient  souiller la planète  au milieu de ce siècle», car «le plastique est devenu le matériau de fabrication le plus ‘’produit’’ par l’homme, hormis ceux utilisés depuis des siècles  dans la construction comme le béton et l’acier.» C’est donc dire que le plastique a fait beaucoup plus de dommage en quelques dizaines d’années, que des matériaux de construction utilisés depuis des siècles, pour des bâtisses qui nous sont relativement essentielles. Cette constations fait du sens, sachant que 42%  des produits issus du plastique sont en fait à usage unique, tel que les pailles, les couvercles de cafés, les bâtons à café, les verres à boissons, etc. Malgré le bon vouloir des québécois à mettre leurs articles dans leur bac de recyclage, une infime portion de celle-ci est réellement recyclée.

Article 2

GIRAULT, JULIEN, 21 janvier 2018, ‘’Déchets : la Chine ferme sa poubelle, panique dans les pays riches’’, La Presse, https://www.lapresse.ca/environnement/economie/201801/21/01-5150863-dechets-la-chine-ferme-sa-poubelle-panique-dans-les-pays-riches.php

        Le 1er janvier 2018, la Chine annonce qu’elle n’importera plus 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques font partie intégrante, selon des motifs écologiques. C’est alors un choc pour les pays riches, dont la Chine accueille la majeure partie de leurs déchets, tels que plastiques, papiers et textiles. Pour l’Union européenne, ce n’est pas moins de 85% de ses déchets de plastiques qui sont dirigés vers le pays asiatique.

        Aux États-Unis, les entreprises sont obligées d’entreposer leurs déchets dans leurs entrepôts, stationnement et des sites extérieurs, en attendant de trouver une solution alternative, soit d’exporter dans d’autres pays. Des ententes doivent être prises, ce qui ne se fait pas en claquant des doigts. De l’autre côté du monde, des propriétaires d’entreprise se voient alors privés de leur matériel premier qui sert à faire rouler leur entreprise, et se voient dans l’obligation de faire des mises à pied de plusieurs dizaines d’employer.         

        Cette décision remet toutefois en question certaines pratiques de consommation, à savoir pourquoi nous utilisons les plastiques à usage unique, et pourquoi nous devons exporter ceux-ci, n’étant pas capable de nous-mêmes les recycler.

Article 3


BLANCHETTE PELLETIER DANIEL, 7 juin 2019,
‘’ Les forces du plastique mènent-elles à sa perte?’’, Radio-Canada, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1173582/forces-faiblesses-plastique-durabilite-environnement

Cet article remet en question l’utilisation de la matière plastique. On se pose la question à savoir s’il y aurait une autre façon d’utiliser celle-ci, et peut-être même une autre façon de le recycler. Le Québec a mis l’accent sur la récupération de la matière, mais pas sur le recyclage. En recyclant le plastique afin d’en faire une matière utile, cela permet de donner une deuxième vie aux produits consommés. Le plastique est devenu très difficile à trier, par rapport à toutes ses formes possibles, les couleurs, les colles, les matières mélangées. Il est donc difficile de le ramener à une matière qui est dite pure suite au recyclage. Les centres de tri ont donc atteint la limite du coût raisonnable dur recyclage.

...

Télécharger :   txt (13.6 Kb)   pdf (126.6 Kb)   docx (21.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club